PENELOPPE ou les aléas du quotidien

29 sept. 14

PETITE LECON DE CASUISTIQUE

Petite leçon de casuistique :

La casuistique, petit rappel à tous, est et restera une forme d’argumentation servant à résoudre les problèmes posés par l’action concrète, par une discussion entre, d’une part les principes généraux et de l’autre la considération des particularités étudiées : de la confrontation entre les perspectives générales, passées et particulières, est sensée émerger la juste action à mener !

Ou comment mettre en pratique une rhétorique de Jésuites !

Posons comme postulat de départ le mot de l’EN dans le cahier de liaison et démontons hardiment cette hypothèse vantée comme un axiome dans un cours de math :

4337

rien à voir, là on a droit à un Franciscain du 7ème art, mais j'aime bien le film

 

Donc, en réponse à la circulaire, on se munit d'une feuille, d'un stylo, d'un clavier, d'une imprimante, de dix mn et d'internet, et deux heures après, connexion de *** oblige, on obtient ça :

 

 

Monsieur le Recteur, j’accuse bien réception de la circulaire que vous nous avez fait parvenir par l’intermédiaire de madame la directrice de l’école primaire, circulaire dans laquelle vous nous faites part du fait qu’un pont nous a été accordé, soit le vendredi 15 mai, où les enfants et leurs enseignants sont dispensé de cours ! Et où vous précisez le fait que ce jour chômé sera rattrapé.

Bien :

Les jours fériés sont les jours de fêtes légales énumérés par le Code du travail : 1er janvier, lundi de Pâques, 1er mai, 8 mai, Ascension, lundi de Pentecôte, 14 juillet, Assomption (15 août), Toussaint, 11 novembre, 25 décembre. Aucune disposition légale ne prévoit le chômage obligatoire des journées de pont. L’employeur peut toutefois accorder un repos d’un ou de deux jours entre un jour férié et un jour de repos hebdomadaire ou un jour précédant les congés payés. S’il est octroyé, ce repos doit être payé.

On sait que les heures chômées pour pont sont récupérables, car :

L’article L. 3122-27 du Code du travail précise que les heures perdues à l’occasion d’un pont peuvent être récupérées. Cette récupération est décidée par l’employeur et s’impose aux salariés.

Les heures perdues ne peuvent être récupérées que dans les conditions fixées par les articles R 3122-4 à R. 3122-7 du Code du travail : elles doivent ainsi être récupérées dans les 12 mois précédant ou suivant leur perte. Les heures de récupération ne peuvent être réparties uniformément sur toute l’année. Elles ne peuvent augmenter la durée du travail de plus d’une heure par jour ni de plus de 8 heures par semaine. Avant la récupération, l’employeur doit informer l’inspecteur du travail des modalités de la récupération.

Il peut être dérogé, par convention ou accord collectif de travail étendu ou par convention ou accord d’entreprise ou d’établissement, aux modalités de récupération des heures de travail perdues.

Donc,  de deux choses l’une :

Primo :

Que l’EN demande à son personnel de rattraper les ponts, alors qu’ils ont déjà été payé, pourquoi pas, c’est tout bénef pour eux !

Secundo :

Est-ce qu’on est sur et certain d’avoir signé pour déroger : parce que deux après midi de plus de deux heures trente, ça me semble un poil plus que les maximum une heure par jour !

Tertio :

Ça s’applique au personnel ! Je n’ai pas souvenance que mes gamins sont salariés de l’EN. Ils sont scolarisés dans une école publique, laïque et républicaine, mais je n’ai aucune fiche de paye qui prouve qu’ils sont rémunérés par l’éducation nationale, donc point salariés de ce même ministère !

La récupération des heures chaumées ne peut donc pas s’appliquer à mes enfants

Quatrièmement :

Sachant que La durée hebdomadaire du travail effectif, heures supplémentaires comprises, ne peut excéder ni quarante-huit heures au cours d’une même semaine, ni quarante-quatre heures en moyenne sur une période quelconque de douze semaines consécutives, on peut en déduire que, en admettant que nos enfants soit salariés de l’EN donc assujetti au fameux rattrapage, on calcule :

Travailler le mercredi 8 avril de 8h à 11h30 et de 13h30 à 15h30, soit 5h30 par jour, additionné des 4 X 5h30 de la semaine càd lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi complet, porte la somme totale des heures de cours à 26H30 sur la semaine.

Je constate que nous sommes bien en deçà   des 48 heures  

Mais :

Nous avons donc deux heurs trente de plus que les 24 heures hebdomadaires préconisées par la réforme des rythmes scolaires que tente de généraliser l’EN vu que le décret publié au Journal officiel du samedi 26 janvier 2013 a fixé la semaine scolaire à 24 heures d’enseignement réparties sur 9 demi-journées (4,5 jours), cette réforme étant généralisé à toutes les communes de France et de Navarre depuis septembre 2014. Les heures d’enseignement sont organisées les lundis, mardi, jeudi et vendredi ainsi que le mercredi matin (ou samedi matin), à raison de 5h30 maximum par jour et de 3h30 maximum par demi-journée. La durée de la pause méridienne ne peut pas être inférieure à 1h30.         

 

J’en déduis donc qu’officiellement rien ne m’oblige à rattraper un mercredi après midi car cette après midi là serait au-delà des 9 demi journées : une dixième demi journée sur la semaine sort donc du cadre de la réforme des rythmes scolaires, je ne peux pas me permettre d’être une hors la loi, étant un bon citoyen respectueux de la République vu que je n’ai aucune phobie administrative et que je paye mes impôts  même quand la République daigne m’augmenter ces derniers         

D’ailleurs l'article D521-10 modifié par Décret n°2013-77 du 24 janvier 2013 - art. 2 prévois que :

La semaine scolaire comporte pour tous les élèves vingt-quatre heures d'enseignement, réparties sur neuf demi-journées.

Les heures d'enseignement sont organisées les lundi, mardi, jeudi et vendredi et le mercredi matin, à raison de cinq heures trente maximum par jour et de trois heures trente maximum par demi-journée.

La durée de la pause méridienne ne peut être inférieure à une heure trente.

L'organisation de la semaine scolaire est fixée conformément aux dispositions des articles D. 521-11 et D. 521-12, dans le respect du calendrier scolaire national prévu à l'article L. 521-1 et sans que puissent être réduit ou augmenté sur une année scolaire le nombre d'heures d'enseignement ni modifiée leur répartition.

    

Sachant que pour l’organisation du temps scolaire de chaque école, les décisions prises par le Dasen pour fixer les heures d'entrée et de sortie de chacune des écoles du département sont présentées en annexe du règlement type départemental et que dans cette annexe (qui doit être accessible sur le site Internet des services de l'éducation nationale du département), on peut lire, conformément au  règlement type départemental, prévu à l'article R 411-5 du code de l'éducation :

- l'organisation de la semaine de chaque école du département intégrant, le cas échéant, les dérogations retenues et les expérimentations qui peuvent, éventuellement, inclure une adaptation du calendrier scolaire ;

- les heures d'entrée et de sortie de chaque école du département.

J’en veux pour preuve l’extrait du règlement type de l’académie de Strasbourg :

RTD 2013

Direction des services départementaux de l’éducation nationale du Bas-Rhin

2.3 AMÉNAGEMENT DU TEMPS SCOLAIRE

2.3.1

Décret n°2013-77  du 24 janvier 2013

La semaine scolaire comporte pour tous les élèves vingt-quatre heures d’enseignement, réparties sur neuf demi-journées

.

N. art. D521-10 al. 2.C.éduc. Article 2 du Décret n°2013-77 du 24 janvier 2013.

 

Les heures d’enseignement sont organisées les lundi, mardi, jeudi, et vendredi et le mercredi matin, à raison de cinq heures trente maximum par jour et de trois heures trente

Maximum par demi-journée. La durée de la pause méridienne ne peut être inférieure à une heure trente. L’organisation de la semaine scolaire est fixée conformément aux dispositions des articles D.521-11 et D.521-12, dans le respect du calendrier scolaire national prévu à l’article L. 521-1 et sans que puissent être réduit ou augmenté sur une année scolaire le nombre d’heures d’enseignement ni modifiée leur répartition

 

RTD 2012

Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Bas-Rhin

TITRE 5

ACCUEIL ET REMISE DES ÉLÈVES ; SURVEILLANCE ET SÉCURITÉ DES ÉLÈVES

5.1 ACCUEIL, SORTIE ET REMISE DES ÉLÈVES

Le directeur veille au strict respect des horaires scolaires arrêtés par le Directeur académique.

5.1.1 Dispositions communes à l'école maternelle et à l'école élémentaire. Circ. 97-178

18/09/97 titre I.2

Avant que les enfants soient pris en charge par les enseignants, ils restent sous la seule

responsabilité des parents. La surveillance s’exerce dans la limite de l’enceinte des locaux

scolaires, de l’accueil (10 minutes avant l’entrée en classe) jusqu’à la fin des cours, y

compris les cours différés situés hors temps scolaire. Les élèves sont alors soit pris en

charge par un service de restauration scolaire, de garderie, d’études surveillées ou d’activités périscolaires, soit rendus aux familles

.

5.1.2 art. L133-1 & art. L133-3 C. éduc.

Tout enfant scolarisé dans l’école est accueilli pendant le temps scolaire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Il bénéficie gratuitement d’un service d’accueil lorsque ces enseignements ne peuvent lui être délivrés en raison de l’absence imprévisible de son professeur et de l’impossibilité de le remplacer. Il en est de même en cas de grève, le service d’accueil étant organisé soit par le directeur soit par la commune (voir § 4.1.2).

art. L133-4 al. 5 C. éduc.

Les familles sont informées des modalités d’organisation du service d’accueil par la commune.

 

Cinquièmement :

 N'en suite de quoi, les horaires d’ouverture de l’école telle qu’affichés à la mairie et sur gouv.fr étant les suivantes :      

Conclusion :

Il est donc bien précisé dans les textes précédemment cités que je n’ai nullement le droit de déposer mes enfants à l’école en dehors des temps scolaire prévu par la loi et la réforme de rythmes scolaire. Il est même plus que fortement recommandé de ne pas prendre de libertés avec les horaires.

Donc dans le plus grand respect de la loi, que votre serviteur se plie de bonne grâce à votre règlement et ne mettra donc pas ses enfants au rattrapage les mercredis après midi incriminés !

 

Maintenant, si vous tenez tellement à fouler aux pieds votre propre réglementation, et s’il faut absolument une dixième demi journée à faire exploser les conteurs de temps scolaire maximum autorisé par semaine, tout en partant de l’hypothèse que l’on puisse déposer les enfants à l’école en dehors des horaires d’ouverture de celle-ci, je vous propose en remplacement de ces mercredis après midi hors cadre de la réforme scolaire, d’accueillir  mes enfants le samedi 1er Novembre 2014, vu que c’est un samedi justement !

Sans compter que la fréquentation de tata  Fernonde, domiciliée allée 4, cinquième tombe à gauche pourrait traumatiser les enfants, il serait donc souhaitable qu’il y ait justement ce samedi là de choisi pour « rattraper » le pont du mois d’avril, le samedi étant lui aussi un jour ouvrable.

L’autre solution préconisée, serait de lisser le tout à l’année, avec une demi heure de classe de plus par jour, ce qui non seulement permettrait de récupérer ces demi journée, mais aussi de récupérer les mercredi matin et mettre ainsi tout le monde d’accord

Cordialement

La maman des enfants

batignolles102_0

Dans le genre "bouge pô, j't'explique", je l'aime bien ce courrier

Bon, pour que vous puissiez l'utiliser, faudra déjà préciser dans le courrier : primo, le nom du recteur local, secundo, le nom de l'école locale

Ensuite faudra changer le nom du bled et importer les horaires d'ouverture de votre école (gouv.fr)

Ces détails mis à part, c'est THE mot d'excuse par excellence pour ne pas mettre les minots au rattrapage non ?

Bon, c'est pas tout, mais j'ai des affiches à aller coller pour le boycotte national de mercredi 1er octobre

10646793_841670555856941_6926958142600599653_n

smt-jedesobeis001

 


26 sept. 14

NEWS EN VRAC #3

abraracourcix1

abraracourcix2

Ah que coucou tout le monde, je vous souhaite une bien belle et douce journée.

ET à ceux qui se demande pourquoi ces deux images tirées du bouclier arverne, ben... tout simplement que je fais comme Abraracourcix !

Ben viiii, tient, je colle le tableau des mensuration :

mesures 22 septembre 14

Bilan à trois mois post op satisfaisant : le 48 taille large, le 46, me faut encore un chausse pied pour rentrer dedans (à condition de ne pas vouloir s'assoire), je pose 91,9 kg sur la balance et me manque 20 cm tout rond sur les hanches !

DSCF2474

DSCF2475

Là j'ai le mètre ruban sur 138 cm, chouette, ça commence à se voir que j'ai fondu comme la banquise au pôle nord un après midi de juillet !

Le pompon, c'est que je ne m'en aperçois qu'au fringues, quand je me regarde dans un miroir, je m'y vois moi, mais pas le fait que j'ai maigri. Je ne m'éttais pas aperçu non plus que j'avais pris du volume comme une pâte à brioche avant passage au four. Dans ma tête, je ne crois pas que je n'ai jamais été "grosse". J'avais juste constaté que je ne grimpais plus les escadrins 4 à 4, vent du cul plein pot, que je faisais de l'apnée pour lacer les croquenots, que mon arrière train de percheron bien nourri ne passais plus entre le mur et l'armoire pour chercher le machin qui avait glissé au fond.... cela mis à part, mon miroir, mon beau miroir, il ne m'a jamais renvoyé le reflet d'une fille trop bien en chair

Et pourtant, quand je compare les photos, avec le recul, c'est flagrant

DSCF7875

Bref, tout ça pour te dire que dans 400 g, j'aurais le poids que j'avais à ma dernière visite médicale, soit deux ans et demi en arrière. J'aurais mis moins de temps pour les perdre que j'en avais mis pour les prendre. Parce que mine de rien, c'est insidieux : avec tout les cachetons que je m'envoyais derrière la cravate, et l'absence de sport, le tout due à l'hernie discale que je me suis choppé au taf, ben, ben youpi, j'ai pris un à deux kg par mois sans m'en rendre compte, et ça en boulottant sans excès !

D'ici dix kg, je peux envisager de faire changer les disques et six mois après l'op, je peux voir pour une visite médicale de reprise. ça va le faire !

Rendez vous chez mon chir début octobre pour ma seconde visite de contrôle, je le vois déjà venir comme un gros char avec sa récurrente question "vous vous êtes inscrit dans un club de sport ?" .... Ben non, déjà parce que j'ai déjà donné dans la salle de gym, c'est contraignant, ça coûte bonbon et que j'ai plus une thune, qu'avec l'abaissement pour moitie du quotient familial, ben, on douille niveau impôts, et pas qu'un peux (et dire qu'avant, avec mon salaire complet, on avait droit à la prime à l'emplois), que du coup j'ai plus droit aux bourses pour la cantine, que les transports scolaires, ben, le conseil général a beau dire que c'est gratuit pour, on rallonge la sauce.... et qu'en fait, j'ai plus le temps !

Le temps, c'est ce qui me manque le plus ! Merci du con pour ta réforme des rythmes scolaire, pour avoir pondu une belle ânerie, c'est une belle ânerie.

Du coup, pour éviter la fatigue chronique des minots (enfin, les deux plus jeunes qui ne sont pas encore au collège) je boycott systématiquement tout les mercredi, parce que même si je colle le N°5 au plumes dès potron minet, soit aux environs de 20H tapantes et qu'il s'endort tout les soirs de la semaine dès qu'il a la tête sur l'oreiller, ben, le N°5, le mercredi, samedi et dimanche, il émerge pas avant dix, voir onze heure du mat.

Ce qu'y fait que:

conformément à l’article 371-1 du code civil, modifié par la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 – art. 13, il appartient aux parents, donc à moi et à mon mari, de protéger nos enfants pour leur sécurité et leur santé, dans le respect dû à leurs personnes.C’est ainsi que dans le respect de la loi n°2007-293 du 5 mars 2007, article L.112-4 du code de l’action sociale et des familles, demandant dans l’intérêt de l’enfant, la prise en compte de ses besoins fondamentaux, ainsi que physiques, je laisse dormir mon fils le mercredi matin. Car malgré le fait que je le couche tous les jours de la semaine à 20 heures (et dire qu’il s’endort rapidement au plus tard une dizaine de minutes après son coucher), mon fils à du mal à se réveiller avant dix heures trente le mercredi, samedi et dimanche.

Je préfère de loin qu’il manque les deux heures imposées par l’EN dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, plutôt que de le laisser s’étioler face à un système qui ne respecte aucunement les rythmes des enfants et encore moins leurs besoins.

Mot d'excuse dans le cahier de liaison du loustic, imprimé et collé avec régularité tout les jeudis matins avec assiduité !

Et je douille la baby-sitter à hauteur de 8€50 sur chèque emploi service tout les mercredi matin avec la même assiduité, vu que la Mini Miss, elle a orthophoniste pour cause de légère dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, tout les mercredi matin.

Ce qui me désole le plus, c'est que l'EN m'a cassé les bonbons l'année dernière vu que les séances avaient lieu sur les heures de piscine, enfin, presque : ils partaient à la piscine à 9h30 et louloutte avait rdv à 9h10, donc la première demi heure de cours, je ne la mettait pas. Et je ne la ramenait pas non plus à la piscine après because oreilles équipées d'aérateurs. Ben ma poule, t'aurais du les entendre : "et prenez donc le mercredi, une heure de cours c'est important, blablabla et blablabla".... Cette année c'est pile l'inverse ! On te fais bien comprendre que le mercredi, même pour deux plombes, de 8 à 10, c'est hyper important, qu'on donne ton nom à l'IEN, à la mairie, que le maire transmet au préfet, qu'on va te radier tes gosses de l'école, que ça te coûtera 750€ et blablabla et blablabla : Prenez le lundi, mardi, jeudi ou vendredi en matinée complète, de toute façon, on arrive pas à boucler les programmes, ça ne changera rien au final, de toute façon les gosses sont fatigués, on n'arrive à rien !

Ben tient !

Si elle était tellement bien ta réforme, t'aurais pas besoin d'employer les même méthodes d'intimidations qu'en 42, à moins que le responsable du bordel en question ne s'appelle René Bousquet ?

En attendant :

Conformément à l’article 371-1 du code civil, modifié par la loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 – art. 13, il appartient aux parents, donc à moi et à mon mari, de protéger nos enfants pour leur sécurité et leur santé, dans le respect dû à leurs personnes.

 C’est ainsi que dans le respect de la loi n°2007-293 du 5 mars 2007, article L.112-4 du code de l’action sociale et des familles, demandant dans l’intérêt de l’enfant, la prise en compte de ses besoins fondamentaux ainsi que physiques, j’emmène ma fille chez son orthophoniste le mercredi matin.

Je préfère de loin qu’elle manque les deux heures imposée par l’EN dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires,  plutôt que de la laisser en difficulté scolaire face à système qui ne respecte ni les enfants ni leurs intérêts, ni leurs rythmes,  ni leurs besoins.

Mot d'excuse imprimé et collé dans le cahier de liaison avec la même régularité tout les jeudis matin : on ne peut pas prétendre que ce n'est pas de l'assiduité !

Mais bon, si ça règle le problème du mercredi, ça fout quand même le boxon les quatre autres jours : le grand est en BTS muc alternances, donc le jeudi et le vendredi, je suis sur le pont dès six plombes mat pour faire taxi direction le taf du Junior, à 7 heures je lève les deux plus jeunes, huit heures école, puis direction les courses, l'administration ou tout autre truc important à faire pour hier. Onze, tu cherches le Junior, faut cuisiner, onze trente, école, midi à table, 13h30 école, le Junior au taff, kiné, 15h chercher les Bonny et Clyde au collège, 15h30 école, devoirs, goûter, devoirs, repas, devoirs, 20H la jeunesse aux plumes, tu respire un bon coup, la soirée n'est pas finie, espère regarder le dernier épisode des experts ! Bon ben sinon, tant pis, au plumes et demain tu recommence !

Le samedi n'est pas mieux, le Junior travaille, le Chéri pas, t'en profite pour aller au jardin avec lui, ou à la déchet ou .... liste non exhaustive, y a toujours un truc à faire.

Le lundi, mardi, la journée est moins chargé le matin, réveil 6h45, le Junior prend le bus pour prendre son train pour prendre le bus pour aller en cours. Mais ça ne change rien aux après midi, pas le temps de faire quoi que soit avec les horaires de sorti d'école ! Et encore, y a kiné !

Du coup, ben la salle de sport, non, désolé, mais j'ai pas le temps ! vraiment pas !

Par contre, on se balade beaucoup le dimanche : quand fait beau, on taille le matin avec panier pique nique, sinon, on se trouve une destination plus proche

Et comme de part hasard, l'Alsace est une plaine mais que 80% de ses châteaux sont sur des surplombs en montagne, ben, ça fait du sport

DSCF2456

Grauftahl

 

DSCF2316

Lichtenberg

 

DSCF2253

haut Andlau

 

DSCF1919

Marmoutier

 

DSCF2124

Bernstein

 

DSCF2147

Landsberg

 

DSCF2202

Spesbourg

 

DSCF1898

Baldenheim

 

DSCF1842

Ried

 

DSCF1593

Haut Barr

 

DSCF1757

Ebersmunster

 

DSCF1354

St Laurentius

 

DSCF1290

Rhinau

 

DSCF1245

Kaiserstuhl

.....

Bref, on prend la tire, on emballe tout ce qui traîne à la maison et ouste, on se trouve un point de chute où on peut arquer, promener, photographier, balader et pique-niquer un goûter ou plus

Je marche mieux

J'ai toujours aussi mal aux miches et quand j'annonne que j'en ai plein le dos, c'est à prendre au sens propre ! Je fais la fortune de mon kiné mais je marche

Plus loin, plus longtemps, même sur des pentes, même sur des sentiers de mules

Que demander de plus

On joint l'utile à l'agréable

DSCF2425

DSCF2138

Ah, question repas, je mange de tout. Aucune restriction : les crudités et salades passent aussi bien qu'une paella ou un couscous, le steak frittes salade aussi, même bleu. Mis à part que ça reste de toutes petites quantités et que bon, dans l'équilibre féculent/protéines/légumes, je doit faire un choix : c'est soit protéines/légumes, soit protéines/féculent, soit légumes/féculent mais 50 g de chaque dans une assiette, c'est trop !

Du coup, c'est presque plus rentable de m'enmener au resto qu'au cinoche, vu ce que boulotte et le prix des places !

Que du bonheur

Bon, je vous laisse, c'est pas tout, mais j'ai une réforme des rythmes scolaire à faire abroger ! Demain MANIFESTATION SUR MULHOUSE ET SELESTAT

affiche manif selestat

Votre dévoué serviteur

batignolles102_0

14 sept. 14

CHATEAU DU LANDSBERG

DSCF2147

Oyez, oyez bonnes gens, aujourd'hui je vous emmène visiter le château du Landsberg, sur les hauteurs de Heiligenstein, à 590 mètres d'altitude environ.

Le château du Landsberg a été construit pour assurer la défenses des terres et des abbayes du Mont St Odile, de Nidermünster, de Truttenhausen et d'Andlau par le compte palatin Otton de Bourgogne, frère de l'empereur Frédéric Hodhenstaufen  vers 1190.

Petit rappel : Le pouvoir temporel s'est appuyé sur le pouvoir spirituel pour pouvoir s'étendre. Avec la christianisation de la contrée, les abbayes ont fleurit partout et se sont très bien multipliées. Mais avec le temps, ben, le pouvoir du clergé allant grandissant, les Seigneurs se sont retrouvé en concurrence avec ce dernier.

Ils ont donc choisis des endroits stratégiques pour construire leurs forteresses quitte à négocier après construction, les modalités de transfert des droits de propriété, partant du principe "j'y suis, j'y reste"

Chateau_de_Landsberg_Stuber_by_1870

C'est ce qui c'est passé ici pour la construction du Landsberg : Bien que les Staufen (Hohenstaufen) soient les avoués, càd les ministériels (traduit ça par les "protecteurs") des abbayes sus citées, ils poussent leurs vassaux à construire les châteaux sur des terres ne leurs appartenant pas, et ce n'est qu'en 1200 que l'abesse de Hohenbourg (Mont St Odile) leurs vend la parcelle sur laquelle est construite le château de Landsberg. Et c'est le chevalier Conrad de Landsberg qui est nommé par charte comme ayant droit sur le château.

C'est lui aussi (Le chevalier Conrad de Lansdberg) qui va entamer les "grands" travaux du château, grands travaux qui seront achevé par Woelflin, bailli impérial, en 1220.

Chateau_de_Landsberg_au_16e_et_17e_siecle_Friess

Le Lansdberg reprend les plans militaires inaugurés avec le Bernstein. Cet art militaire trouvera son apothéose avec l'Ortenbourg au XIIIème siècle.

Pour y accéder, il faut prendre la départementale 854 à partir de Barr direction le Mont St Odile. Puis prendre la 109 sur une petite centaine de mètres. Vous y trouverez un chemin balisé par le club vogien, chemin qui vous mènera au château en une bonne dizaine de minutes.

Quand à la visite, elle est libre.

Mais attention, c'est vraiment un champs de ruine. Bien que le château fasse l'objet d'un classement au monument historiques depuis 1965 et que la société pour la conservation des monuments historiques y effectue des travaux de dégagement et de consolidation ces dernières années : le bas château a presque entièrement disparu et l'intérieur du palas est quasi envahi par la végétation !

DSCF2141

DSCF2143

DSCF2196

Plusieurs styles et époques se mélanges dans le château : civil, militaire, gothique, roman... selon la date d'achèvement des travaux !

Plan_Chateau_de_Landsberg_fr

reconstitution-chateau-fort-landsberg-will

plan1

1. Fossé.
2. Ancienne basse-cour romane avec construction voûtée du XVIe ou XVIIe siècle. Vers 1250, elle devient une basse-cour autonome abritant un grand logis en «L» (9), dont les fenêtres ont été murées, probablement au XVe siècle, lorsque cette partie a été abandonnée en tant qu’habitation (11-12). Elle est flanquée de deux tours circulaires (10).
3. Basse-cour du château gothique.
4. Emplacement d’une tour (XVe siècle).
5. Plate-forme artificielle.
6. Fausses-braies (mur défensif) longeant le fossé (XIVe siècle).
7. Accès à la partie orientale du château (depuis la fin du XIIIe siècle).
8. Fausses-braies (XVe siècle).
9. Logis occidental (XIIIe siècle).
10. Tour de flanquement circulaire (XIIIe siècle).
11. Cheminée en liaison avec une baie du XIIIe siècle.
12. Baies du XIIIe siècle (à l’ouest et au sud) et du XIVe siècle (au nord). Certaines ont été remplacées par de grandes baies surbaissées (XVe siècle).
13. Donjon carré, orienté de manière à présenter un angle face au côté le plus exposé à une attaque. Ses façades montrent des pierres éclatées suite à un violent incendie. On y voit également les traces de plusieurs toitures successives. Au sommet, des consoles de pierres indiquent l’existence de hourds (galerie en bois construite en surplomb destinée notamment à la défense de la base des murs).
14-18. Logis seigneuriaux. L’accès se fait principalement par une porte, côté est, située au rez-de-chaussée (18). Elle est surmontée d’un oriel abritant une chapelle (15) dans laquelle se distinguent encore quelques traces de peinture. Cette façade est également percée de petites fenêtres romanes. Dans l’angle sud-est se trouve la fosse d’une citerne à filtration (16). On remarque également des fentes d’éclairage, marquant un niveau de cave, ou les vestiges d’une cheminée encadrée de deux fenêtres. Certaines présentent un décor de besants (un besant représente un disque saillant ) (17).
19. Porte du premier étage du logis à laquelle on accédait depuis une plate-forme.
20. Bâtiment médiéval.
21. Agrandissement sud-est datant du XVe siècle (écuries ?).
22. Mur (XVe siècle) percé de couleuvrinières (ouvertures de tir pour armes à feu appelées couleuvrines).
23. Vestiges d’une canonnière à volet, d’une poivrière (guérite de maçonnerie placée en encorbellement) et de faux-mâchicoulis (XVe siècle).
24. Bâtiment (fin XIIIe siècle) remanié avec l’installation d’une rampe depuis la porte n°7 (accès de la fin du XIIIe siècle de la partie romane ?).
25. Poterne.

Crédits : N. Mengus (textes, plan-croquis d’après G. Bronner) – R. Will (reconstitution).

 

Chateau_de_Landsberg_Kieffer_1841

images2

La rampe d'accès, au nord-est, mène au château "primitif" que protège dans l'enfilade, le donjon.

La façade est magnifique avec le coeur de la chapelle castrale construite en oriel au dessus de la porte d'entrée, un poil décalé par rapport à cette dernière, la protection spirituelle étant plus symbolique qu'efficace : on prendra note de la présence, au dessus de la porte, de corbeaux soutenant une bretèche pour une défense bien plus réelle de la prote encadrée par deux belles baies doubles en plein cintres !

DSCF2144

DSCF2169

DSCF2170

DSCF2171

DSCF2177

Une fois dans le palas et son enchevêtrement de pierre et de buissons, on se retourne et on admire les doubles baies avec leurs coussièges et les colonnettes sculptés qui  soutiennent les fenêtres.

DSCF2172

DSCF2175

DSCF2176

DSCF2182

DSCF2183

DSCF2184

DSCF2186

DSCF2185

DSCF2191

DSCF2193

Au rez de chaussé, des "fentes" d'éclairage (meurtrières ?) indique qu'il y avait là, fut un temps, un sous sol / une cave.

DSCF2166

 

DSCF2174

DSCF2189

Le mur sud n'existe plus.

Sur le mur du donjon, on peut apercevoir l'emplacement de la toiture du bâtiment qui y était accolé

DSCF2144

DSCF2146

DSCF2153

Il semblerait que le chemin de ronde longeait la muraille à l'abris d'un parapet crénelé. Quand au hourdage, si hourdage il y avait, il se trouvait au niveau du donjon.

Fin du XIIIème siècle, le château fut agrandis au nord ouest en conservant son noyau roman, tout en innovant avec la construction de deux tours rondes à 3 étages en flanquement;

DSCF2154

DSCF2155

DSCF2156

DSCF2157

DSCF2159

DSCF2161

DSCF2160

DSCF2163

L'agrandissemement est défendu par des archères à niches et servait aussi de logement

DSCF2162

DSCF2164

DSCF2165

Au sud est, l'enceinte du château fut agrandie par l'adjonction d'une courtine où devait se trouver l'entrée principale du château.

DSCF2172

DSCF2175

DSCF2176

Le tout est actuellement écroulé. Sauf une petite partie du mur d'angle où l'on peut voir une magnifique canonière à volets, une poivrière au dessus d'icelle, ainsi que de faux machis coulis !

DSCF2148

DSCF2151

DSCF2149

DSCF2150

Le château du Landsberg est une merveille de son époque, et c'est fort dommage qu'il ait été détruit lors de la guerre de 30 ans... et surtout, qu'il soit dans un état aussi pitoyable... mais bon, c'est une propriété privé et on peut s'estimer heureux qu'on puisse y accéder librement.

Quoi que, c'est pas un endroit pour une balade avec des gosses, faut vraiment bien faire attention à tout ce qui peux te tomber sur la calebasse ou se dérober sous tes pieds, sans compter les ronces et les orties, en nombre !

Le chemin d'accès non plus n'est pas des plus aisé, quoique court : on arque sur du schiste, donc le chemin est raviné et composé de tout petits éclats de schistes, si t'as pas de bonnes godasses de marche, tu te flingue les chevilles, voir plus !

Par contre, et ça c'est le bonus de la sortie, l'office du tourisme de Barr-Bernstein a fait installer des panneaux : t'as droit à un magnifique sentier géologique supppppper bien balisé avec de bons panneaux d'information !

Pour ceux que la géologie locale intéresse, je vous met un lien :

213005903_12

 

Posté par Peneloppe67 à 18:39 - - Commentaires [6]
Tags : , ,
09 sept. 14

DIX LIVRES QUI M'ONT MARQUE

Ah que coucou tout le monde

Je viens d'être taguée ! Et du coup vous avez une fois de plus droit au débalage de la vie perso du dragon, qu'à cela ne tienne, on y va plein pot !

Photo0264

Dix livres .....

ça va être difficile, non pas que je ne lis pas, bien au contraire, mais établir un listing de dix bouquins qui ont marqué mon existence et m'ont apporté quelque chose.... j'ai l'impression que tous m'apportent quelque chose !

Donc, en vrac :

Le domaine des dieux

le domaine des dieux

J'ai appris à lire dans celui là.... sans compter que mon père, un jour où G. Lux passait à la télé, se leva du canap pour chercher la BD et me montrer un personnage d'icelle avec un grand sourire. Ce jour là, j'ai aussi appris à lire entre les lignes !

Les trois mousquetaires

les trois mousquetaires

Dommage que je ne les retrouve plus .... j'ai le roman en d'autres éditions, y compris en Allemand, mais ces deux bouquins là, je les ai dévoré en CM1, ils m'ont ouvert à la lecture, ou plutôt aux livres "sans images"

Die Sagen des Saarbrücker und Birkenfelder landes

die sagen

Je les ai dévoré vers 11/12 ans. Marrant comme en 60 ans, le paysage avait changé. Les chemins déserts entre deux villages, c'était devenu de la voie rapide avec juste un panneau coincé entre deux maisons pour indiquer que tu change de bled .... Surtout que je passait mes été là bas, chez la Oma.

Par le sang versé

par le sang versé

Je l'ai lu vers 13 ans. Lors des commémorations de Camerone où papa était invité régulièrement, les anciens me racontaient la RC4, j'ai voulu en savoir plus sur ce monde à part.

12 légionnaires

douze légionaires

De belles histoires d'hommes à vous donner foi en l'humanité. Et le désir de dépassement de soi

Petits fours

61XuuJAMeUL__SL500_AA300_

à 14 ans, histoire de sortir des 25 sortes de Bredele de la Oma, la tradition ça a du bon, mais faut voir plus loin que sa propre gazinière.

Tout est langage

dolto tout est langage

Les cours de religion en 4ème : une bonne soeur atypique doté d'un solide bon sens capable de vous ouvrir au monde et d'enseigner la philosophie.

Une brève histoire du temps

une breve histoire du temps

dévoré en seconde, pendant les cours, prêté par ma prof de sténo.... m'a envoyé direct lire ce que je pouvait trouver sur la physique cantique. Ce qui ne m'a pas empêché de lire histoire d'O et de collectionner les exécuteurs et les B. Cartland !

L'encyclopédie de la cuisine

l'encyclopédie de la cuisine

Le premier livre que Cher et Tendre m'a offert, il y en a eu tant d'autres depuis, et pas que calé boustifaille. Je ne cause même pas des livres traitant de l'ésothérisme, de l'histoire, des pompiers, de philosophie, de châteaux forts, ...

Les mystères de l'alphabet

les mystères de l'alphabet

Un excellent ouvrage qui donne juste envie d'en savoir plus ..... marrant comme plus t'as de réponses à tes questions, plus t'as de questions sans réponses !

 

Posté par Peneloppe67 à 22:31 - - Commentaires [9]
Tags : ,

CHATEAU DU BERNSTEIN à Dambach la Ville

chateau-bernstein-vue-aerienne-CP-Loehle

DSCF2130

DSCF2131

DSCF2075

DSCF2077

Ah que coucou tout le monde.

Je vous souhaite une bien belle et douce journée. Et je profite du beau temps pour vous embarquer dans une jolie balade automnale : direction le Bernstein sur les hauteurs de Dambach la Ville.

Le chateau est une  des plus ancienne forteresse d'Alsace, voire la plus ancienne. Il est cité pour la première fois vers 1009 . Les ruines actuelles sont bien postérieures et datent de la fin du XII ème ou du début du XIII ème siècle.

Le Lansberg et l'Ortenberg sont construit sur le même modèle militaire, chacun apportant des améliorations dans la conception.

Il fait l'objet de fouilles et de consolidation. Est d'accès relativement aisé, il suffit de prendre la route départementale 203 reliant Blienschwiller à Villé. 300 mètre environs avant le croisement du col, on prend une petite route forestière qui mène au parking du "Schulwaldplatz". A partir de là, on arque dans la montée où un itinéraire fléché permet d'accédder au château en 20 mn

 

DSCF2048

 

DSCF2139

 

DSCF2049

 

DSCF2054

 

DSCF2129

Le Schulwaldplatz est parfait pour un pique nique, et bien que la trotte soit en montée, le chemin est relativement plan, même que moi avec mon hernie discale et ma surcharge pondérale, j'y trotte tranquillou

Tout ça pour te dire, ami lecteur, qu'avec une bonne paire de croquenots, toi aussi, tu peux profiter du panorama qui t'attend là haut, parce que ça vaut le détour, c'te ruine, largement :

DSCF2055

DSCF2056

DSCF2072

DSCF2075

DSCF2078

La forteresse est entièrement construite en granite. Les ruines nous étant parvenues sont assez bien conservées. L'édifice prend assise sur une arête granitique à deux niveaux. Ceci délimite clairement trois parties distinctes, à savoir le haut château situé sur l'arrête supérieure Ouest, le bas château situé sur l'arrête inférieure Est, et enfin les ouvrages avancés s'appuyant sur la face Sud du rocher.

Je vous met un plan, c'est plus parlant :

DSCF2070

FR67_Dambach-la-Ville_Chateau_Bernstein_(plan)

Les premières constructions sur le site de Bernstein datent probablement de la préhistoire. Il en subsiste l'actuel mur d'enceinte Nord. Il s'agit d'un mur de pierres sèches suivant scrupuleusement la bordure faîtière de la terrasse.

En se référant aux usages de l'époque, le château cité vers 1009 devait être une construction réalisée essentiellement en bois.

Les vestiges actuels du château présentent une grande homogénéité, il a cependant fait l'objet d'ajouts et de remaniements au fil des siècles.

L'essentiel de la forteresse a été édifiée en plusieurs campagnes de construction entre la fin du XIIe et le premier tiers du XIIIe siècle. La partie la plus ancienne est le haut château (donjon, logis seigneurial et tour romane). Par la suite, ont été construits le bas château puis les ouvrages avancés (cour avant, pont-levis, jardin et tour d'angle).

Bien plus tard, le logis a été transformé de sorte à créer un fossé au pied du donjon, la tour romane a été rehaussée et le bastion édifié. L'absence de fouilles et le mauvais état des vestiges ne permettent pas de dater précisément les travaux. On peut néanmoins les situer aux alentours du XIVe siècle.

Pour s'adapter aux progrès de l'artillerie, la tour sainte-Marguerite a été construite dans l'angle Nord-Ouest du bas château vers la fin du XVe siècle. À la même époque, le fossé du donjon a été transformé en citerne. Les murs ceignant la cour haute ont également été rehaussés à cette époque.

DSCF2079

DSCF2080

DSCF2081

DSCF2082

DSCF2086

DSCF2087

DSCF2088

DSCF2089

DSCF2093

DSCF2094

Le donjon pentagonal fait face à la montagne du Dachfirst et se présente comme un bouclier. Ses vestiges sont d'une hauteur approximative de 18 mètres. Au XIXe siècle ses créneaux étaient encore parfaitement visibles. L'intérieur du donjon est encore accessible actuellement, ce qui permet de constater l'exiguïté des lieux. On en déduit que la fonction du donjon était purement militaire. Tout au plus, le niveau inférieur pouvait-il servir de cachot. Le donjon présente deux meurtrières sur sa face Sud, une porte orientée à l'Est à 11 m du sol environ et des latrines sur la face Nord au même niveau. L'accès au donjon se faisait par une passerelle abritée et escamotable depuis les combles du logis.

DSCF2108

DSCF2102

DSCF2104

DSCF2110

DSCF2113

Le logis seigneurial ou palas comporte deux étages. Le premier niveau était percé, à l'origine, de dix meurtrières, quatre donnant vers le Sud et les six autres vers le Nord. Les meurtrières de l'Ouest du logis ont été condamnées lors de l'aménagement de la citerne. Le portail d'accès se trouve à l'Est. Le second niveau abritait la salle d'apparat et diverses pièces d'habitation. La façade Sud est percée de quatre fenêtres géminées à l'Est et de cinq fenêtres simples à l'Ouest. Les fenêtres sont toutes en plain cintre. Le mur Est comporte également une fenêtre géminée à la verticale du portail. Le meneau comportait deux ours sculptés. Difficile, en revanche, de décrire les ouvertures vers le Nord à l'exception d'une embrasure du côté de la tour romane. En effet, le mur Nord du second niveau a en quasi-totalité disparu.

DSCF2099

DSCF2089

Une tour, appelée tour romane, se dresse dans l'angle nord-est du haut château. Elle s'élevait sur quatre niveaux. Le premier d'entre eux est situé légèrement en contrebas du logis. Son plafond est plus élevé que celui des autres pièces (environ 5 mètres). Le mur Est est percé d'une meurtrière. Le deuxième niveau devait être une pièce plus somptueuse dans le mesure où elle comportait une voûte d'ogives et des murs percés sur les quatre côtés par une fenêtre géminée vers l'Est, une fenêtre simple vers le Nord et le Sud et enfin une porte en plain cintre vers l'Ouest. Il est probable que la voûte ait été détruite lors de l'élévation ultérieure de la tour. La maçonnerie du troisième niveau est différente de celle des niveaux inférieurs. L'accès aux trois niveaux se faisait à partir du logis. Les restes du quatrième niveau présentent des traces de créneaux. On constate également une porte supplémentaire, plus tardive, permettant un accès aux combles du logis. La tour romane semble, enfin, avoir abritée la chapelle castrale.

DSCF2112

DSCF2097

DSCF2098

Le bas château se présente actuellement comme un espace d'environ 40 mètres d'Ouest en Est sur 13 mètres du Nord eu Sud. Peu de vestiges subsistent de l'époque médiévale. L'angle Nord-Est est actuellement occupé par les ruines d'un pavillon de chasse du XIXe siècle.

L'angle Nord-Ouest est occupé par la tour sainte-Marguerite. À en juger par sa localisation et sa structure, sa fonction était essentiellement défensive : elle permettait de surveiller la porte d'entrée du bas château. La tour, de forme rectangulaire, est percée de meurtrières, adaptées aux armes à feu, situées en quinconce sur les façades Est et Sud. Deux accès permettait l'accès à la tour : l'un sur la façade Sud, situé à 6,50 mètres du sol et pourvu d'un pont-levis, constituait le débouché d'un escalier perpendiculaire à l'escalier principal. L'autre, sur la façade Ouest, donnait sur la barbacane haute. Au droit de la tour, une poterne permettait le passage vers l'extérieur Nord. Certains auteurs placent la chapelle castrale dans la tour du bas château.

D'autres bâtiments formant le corps de logis existaient dans la cour, tant sur le mur Nord que le mur Sud. Au vu des traces restantes, ils s'élevaient sur deux étages. On relève cependant que leur premier niveau était aveugle du côté du mur d'enceinte. Certaines fenêtres subsistent dans la partie orientale de la cour : elles sont simples ou géminées, en plain cintre ou rectangulaires. En revanche, l'état de la ruine n'est pas suffisant pour en déduire l'agencement des ouvertures dans la partie occidentale.

DSCF2088

DSCF2086

DSCF2090

DSCF2094

Les ouvrages avancés se situent au pied du haut château à l'angle Sud-Est de l'éperon rocheux. Ils comprennent d'Est en Ouest trois parties principales : le bastion, le jardin et la cour avant.

Le bastion présente un mur incurvé vers l'extérieur du château. Au Sud-Est se dressait une tour d'angle. Celle-ci constituait la seule protection de l'accès au puits avant la construction du bastion au XVe siècle.

DSCF2116

DSCF2078

Le jardin prolonge le bastion. Son mur Sud s'élève sur un soubassement rocheux pouvant atteindre plusieurs mètres. À l'Est, au droit du bastion, un passage permet l'accès vers le fossé Nord. L'entrée du passage vers le puits souterrain se situe dans l'angle Sud-Ouest : un portail roman donnait accès au puits via un passage vouté de neuf mètres de long.

DSCF2073

DSCF2072

DSCF2075

DSCF2080

DSCF2118

DSCF2117

La cour avant est la partie la mieux conservée parmi les ouvrages avancées. Cette cour constitue l'accès unique au château. Dans la partie Est, on distingue clairement le portail roman. Celui-ci était doté d'un pont-levis et d'une poterne rectangulaire au Sud. Au Nord du portail un mur séparait la cour avant du jardin. Il est percé d'une porte et d'une meurtrière. Les restes de corbeaux et d'arc en pierres permettent de déduire la présence d'un chemin de ronde. Par un étroit couloir d'environ vingt mètres sur cinq, la cour avant mène au portail du bas château.

 

DSCF2077

DSCF2078

DSCF2079

DSCF2081

DSCF2083

La forteresse disposait également d'un mur d'enceinte. La partie Nord est encore parfaitement visible quoique très ruinée. En parcourant le chemin de ronde Sud, le visiteur remarque la présence d'un alignement de pierres affleurant le sol dans la continuité du mur Nord. On peut ainsi imaginer que le mur d'enceinte se prolongeait également sur la face Sud.

DSCF2121

DSCF2122

DSCF2126

DSCF2127

DSCF2131

Dans sa conception, le château du Bernstein présente une défense parfaite. L'emplacement naturel est particulièrement favorable : la forteresse est construite sur un éperon rocheux qui, cumulé au terrain environnant, offre un important dénivelé sur pratiquement tout son pourtour. L'architecture militaire est, quant à elle, particulièrement ingénieuse : un épais bouclier pentagonal, pointé dans le sens de l'attaque, masque et protège toutes les dépendances construites en enfilade.

Mis en situation, l'édifice comporte d'importants points faibles. L'éperon rocheux, et donc le château, pointent vers une colline voisine – vers l'Est –, mais non du côté de l'attaque. En effet, les assaillants trouvent un terrain plus favorable au Sud-Est. Par ailleurs, l'approvisionnement en eau provient d'un puits situé à l'extérieur des deux parties principales (haut et bas châteaux). Préserver cet accès à l'eau condamne toute idée de construction d'un fossé d'enceinte à cet endroit et rend les ouvrages avancés d'autant plus vulnérables.

DSCF2133

NIM10686

DSCF2068

bernstein

chateau-bernstein-vue-aerienne-CP-Loehle

Autre curiosité : les fosses à loups, dont une est visible à moins de cinq cent mètre du château, fosse que l'on peut aisément confondre avec un puits !

DSCF2135

DSCF2136

DSCF2137

Sur le même modèle, (mur bouclier, donjon pentagonal...), il y a le château du Lansberg. Un poil plus beau mais une de ces ruines !!! Je vous en parlerais prochainement.

En attendant, portez vous bien. Je vous embrasse tous et vous souhaite une agréable journée.

Bisesssssss

Posté par Peneloppe67 à 12:02 - - Commentaires [4]
Tags : , ,


18 août 14

EGLISE FORTIFIEE DE HUNAWIHR

DSCF0305

Ah que coucou tout le monde, je vous souhaite une belle et douce journée. Et j'en profite pour vous embarquer en ballade direction Hunawihr visiter l'église fortifiée.

Hunawihr se situe sur la route des vins d'Alsace. Je vous en avais déjà parlé, vu que je vous avais enmené voir le parc aux loutre et la serre aux papillons.

DSCF0301

Le coins est magnifique comme le prouve la vue sur les châteaux de Ribeauvillé : le Saint-Ulrich, le Ribeaupierre et le Girsberg. Bon, oki, les vignes sont un poil dépouillé, mais on y était début janvier .... je sais, j'ai du retard dans mes publications, d'un autre côté, y aller en hiver, c'est profiter des magnifiques décorations de Noël qui abondent en Alsace !

DSCF0300

DSCF0346

Bien que la première mention écrite du village date de 1114, il ne faut pas croire que le pays était vide d'habitants :

Au commencement il y avait de Celtes, des Médiomatriques, Séquanes, des Gaulois, des Romains (arrivés avec Jules César), des Germains, des Goth, des autres Goths... même des Allamands

Bref, il y avait les Huns et les autres !

Ah, pardon, pas les Huns.

Les Huns étaient juste de passage et pas en touristes. Menés par Atilla leur chef, ils en ont profité pour refaire toutes les pelouses de l'empire (romain) en bons jardiniers paysagistes (l'Histoire avec un super H majuscule relate que l'herbe ne repoussait plus sous les sabots de leurs cheveaux) avant de se prendre une tripotée devant Orléans en 451. Spécialisés dans la conservation du chou en saumure, ils ont au moins laissé la recette de la choucroute !

Mais revenons en à nos moutons, ou plutôt à notre église fortifiée qui à l'origine n'en était pas une

hunawihr église fortifiée 1

A l'époque mérovingienne, il vivait à Hunawihr, dans un opidum romain, un couple de nobles : Hunon, proche parent d'Etichon-Aldaric (ce dernier est le papa de Dame Odile de Hohenbourg, dite St Odile, patronne de l'Alsace) et sa femme Hune (Hunne ou Huna).

Dame Hune est très pieuse et malgré sa richesse et sa position, très charitable. Elle met en pratique l'évangile et met sa jeunesse au service des pauvres, prenant soins de ses manants : elle les loges, les nourrit, panse leurs plaies et leurs blessures et va jusqu'à leur laver le linge dans la fontaine du village.

Bien que certains secouent la tête sur son passage, elle passe auprès de la populace pour la St lavandière et est en bon termes avec l'évèque de Nevers, St Déodat qui baptisa même son fils.

Elle décède en 679 et sa tombe deviendra un haut lieu de pèlerinage, elle sera d'ailleur canonisée en 1520.

L' archidiocèse d'Alsace en propose une autre version : Elle aurait été religieuse

Née au VIème siècle de notre ère, décédée presque centenaire vers l'an 600. Nous avons à notre disposition peu d'éléments vérifiés de la vie de sainte Hune. Nous savons qu'apparentée à un roi de Bourgogne de l'époque mérovingienne, elle fut sans doute l'épouse contrainte et malheureuse d'un seigneur franc. 
La Légende dorée, par contre, fourmille de récits fabuleux à son sujet.
Enfant mal aimée d'une famille désunie, Hune fut reléguée aux cuisines avec les domestiques du château de la Hunière, tandis que son père guerroyait au loin aux côtés de son roi et que sa mère se livrait aux caresses de ses nombreux amants. L'amour sincère et l'affection que lui portaient les servantes, l'amitié des lavandières qu'elle accompagnait dans leur travail, permirent à la fillette de vivre une enfance simple mais heureuse.
Cette vie au contact de gens pauvres, sans culture, illettrés aux manières frustes restés païens, n'empêcha pas la jeune Hune d'acquérir un caractère fort, une vive foi chrétienne que ses dons innés mirent très tôt en valeur. Elle jouissait, en plus de ses autres qualités, d'une très grande beauté, qu'un mémorialiste du temps qualifiait de "surnaturelle".
Mariée de force à un vieux noble brutal, Hune refusa farouchement de partager la couche du soudard et, ayant résolument préservé sa virginité, trouva refuge dans un couvent où elle consacra sa vie au service de Dieu, secondant humblement les sœurs dans leurs travaux ménagers les plus pénibles.


Quel est le vrai, quel est le faut, peu m'en chau : l'histoire devint une légende, la légende devint un mythe !

hunawihr église fortifiée 2

En l'an mille, le bâtiment principal existe encore dans l'enceinte fortifiée d'une robuste palissade, mais on lui a adjoint une chapelle romane.

Il est à noter par ailleurs, que le village même n'avait pas d'église à cette époque, la fortification était sur un mamelon surplombant la plaine, à une encablure du village !

hunawihr église fortifiée 3

DSCF0322

En 1150, la palissade est flanquée de tours de guets, l'église élargie et agrandie

hunawihr église fortifiée 4

DSCF0323

En 1300, la palissade et ses tours de guets ont été remplacées par une enceinte en dur munie de six bastions hémicylindriques, des tours de flanquement à ressaut (c'est à dire en saillie par rapport à la muraille) munie de trois meurtrières (arbalétrières en fait) et faisant office de remparts au cimetière

hunawihr église fortifiée 5

DSCF0324

En 1490, on remarque la récente construction d'un clocher/donjon (sorte de beffroi de château fort) il y a aussi une "porte d'entrée" tours dans la muraille pour protéger l'accès. Les arbalétrières sont adaptés aux couleuvrines (ben vi, on modernise et s'adapte aux armes à feu)

ça tombe bien, va y avoir la guerre des Rustauds avec comme point d'orgue la "bataille" de Sherviller en 1525 où le duc de Lorraine va faire massacrer par ses troupes plus de six mille paysans (les Rustauds qui ont pris les armes because trop d'impots et pas assez de liberté)

hunawihr église fortifiée 6

DSCF0325

DSCF0304

DSCF0306

DSCF0312

DSCF0313

DSCF0315

DSCF0316

DSCF0310

En 1520 il y a la canonisation de St Hune et à la demande du pape Léon X, ainsi que sur une initiative du duc Ulrich de Wurtemberg, le lieu devient un pèlerinage.

Le jour de la canonisation, il se raconte que plus de 20 000 personnes étaient présentes. Et comme en échange de dons, on accordait indulgence plénière, on a récolté de quoi bâtir une nouvelle église, un poil gothique. (et on a détruit l'ancien bâtiment d'habitation au passage)

Mais avec l'arrivée de la réforme et le passage au protestantisme, les reliques de St Hunes furent dispersées.

L'église devient protestante en même temps que la populace, qui n'a rien demandé une fois de plus, en vertu du "cujus regio, ejus religio" : tel maître, telle religion ! Elle ne le restera pas longtemps, l'édit de Louis 14, rendant le choeur aux catholique dans les paroisses comprenant encore 7 familles catho va en faire une église où se pratique le simultaneum ! Il s’agit en France d’une spécificité Alsacienne répondant à la mixité religieuse de bourgs et villages ne pouvant s’offrir deux églises, particulièrement nombreux dans le Bas Rhin. Le partage, qui ne se vécut pas sans conflits, pouvait se faire selon des critères temporels (décalage des jours ou heures de culte) ou spatiaux (choeur aux uns et nef aux autres).

Actuellement, l'église abrite toujours encore les deux confessions.

En 1700, on entrepend la construction d'un second mur d'enceinte, le premier s'étant révélé vraiment trop étroit durant la guerre de 30 ans.

DSCF0328

DSCF0302

DSCF0305

 

DSCF0309

En 1850, la seconde enceinte est terminée, elle a rejoint la précédente et englobe le cimetière qui lui aussi a pris de l'ampleur. On en profite aussi pour changer la flèche/toiture du clocher

DSCF0329

DSCF0300

L'intérieur ne manque pas de charme non plus, il y règne une douce pénombre et un profond sentiment de paix et d'espoir

DSCF0317

DSCF0318

DSCF0332

DSCF0333

DSCF0336

DSCF0337

DSCF0338

DSCF0339

DSCF0331

Il faut vraiment prendre le temps de flaner, d'admirer... l'église, le village, le paysage....

DSCF0296

DSCF0299

DSCF0301

DSCF0308

DSCF0341

DSCF0340

DSCF0342

DSCF0346

DSCF0343

DSCF0344

DSCF0347

DSCF0348

 

Posté par Peneloppe67 à 23:12 - - Commentaires [7]
Tags : , ,
16 août 14

MINI MISS DEVIENDRA GRANDE

DSCF0032

DSCF1918

Huit ans déjà.... le temps passe si vite

JOYEUX ANNIVERSAIRE MA PUCE

Posté par Peneloppe67 à 11:51 - - Commentaires [9]
Tags : ,

EGLISE HISTORIQUE DE BALDENHEIM

DSCF1898

Ah que coucou les amis

Je vous souhaite une bien belle et douce journée, sans pluie si possible, ça commence à noyer les anguilles ici ! Brrrrrrr, on se croirait à mi-carême et les tomates au jardin ..... bof ! J'irrais voir plus tard s'il y a quelque chose qui a survécu !

DSCF1897

Aujourd'hui, je voulais vous parler d'un petit joyau d'architecture médiévale, une église certes du 11ème siècle, certes remaniée, mais où ont survécu des fresques murales du 13è/14è siècle : l'église historique de Baldenheim.

Par contre, je commencerai par vous parler du village lui même, l'histoire du village et de son église étant inextricablement liée aux Rathshamhausen, vielle noblesse locale s'il en est, enfin, était !

Baldenheim est situé dans le Ried, entre Sélestat et le Rhin, entre Mussig et Muttersholz. La présence humaine sur la région remonte à fort fort longtemps : Je vous avais déjà parlé des tertres funéraires de Mussig l'année dernière.

D'un point de vue linguistique, Baldenheim signifie "demeure de Baldo" (à quelque chose près), il y a d'ailleur une forte probabilité qu'il y ait eue avant le chateau primitif, une motte castrale dans le village.

Par ailleur, Rathsamhausen se traduit par "wohnung an einer Flussleitung", la demeure au partage des eaux ! Ces rate ou raths ont servi d'oppida ou de refugia en cas de danger, aux populations de pêcheurs, orpailleurs, navigateurs... habitant au bords de l'eau, de dépot à leurs richesses, voir de défences à certains guets.

On trouve de nombreuses reliques des temps anciens : cité lacustre à Rathsamhausen, char celtique à Ohnenheim (6ème siècle avant JC), casque mérovingien sur Baldenheim (Mérovingiens : première dynastie des rois francs, elle a régné sur la Gaule de 481 à 751. Elle doit son nom à Mérovée, grand-père de Clovis. Le père de Clovis, Childéric, roi des Franc Saliens, régna à Tournai vers 460. Le fondateur de la dynastie des Mérovingiens est Clovis 1er qui fut le premier roi de tous les Francs.)

Y a même une vieille route romaine dans les environs

Les Racinhusen (en 1215) devenu les Rathsamhausen zum Stein, Seigneurs de Baldenheim, ont été les "mécènes" de l'église : toute la décoration du bâtiment montre leur puissance et leur prestige ! (Un poil "m'as tu vu", mais c'était la com de l'époque, today, y a fesse de bouc !)

DSCF1902

DSCF1905

DSCF1906

DSCF1907

DSCF1895

 

Si le village de Baldenheim et son annexe Ober-Rathsamhausen sont mentionné dès le IXème siècle dans une chronique de l'abbaye d'Ebersmunter, la construction de l'église à proprement parler n'est attesté qu'aux alentours de lan 1100 avec la construction d'une église romane sur une ancienne nécropole (on a retrouvé les restes d'un paroissien datan de 760 SOUS les plus anciennes fondations)

église Baldo 1

Entre le 14ème et le 15ème siècle, la nef et le choeur sont rehaussés et rallongés. Il y a la mise en place des fresques murales (La fresque est une technique particulière de la peinture murale, la couleur y est appliquée sur un enduit à la chaux fraîche, technique dite a fresco en italien)

église Baldo 2

DSCF1846

DSCF1848

DSCF1849

DSCF1850

DSCF1852

DSCF1854

DSCF1855

DSCF1856

DSCF1857

DSCF1862

 

DSCF1864

DSCF1865

DSCF1866

DSCF1867

DSCF1868

 

En 1576, Jacques de Rathsaamhausen et son cousin Jean-Gaspard choisissent la religion protestante. Ce qui fait qu'en vertu du "Cujus regio, ejus religio" (tel régnant, telle religion) les villages de Baldenheim et de Muttersholts deviennent de la confession d'Augsbourg d'Alsace et de Lorraine (et de facto, les paroissiens qui avaient rien demandé, avec)

église Baldo 3

On badigeonne les mur à la chaux histoire de bien les blanchir (et de planquer la BD, vu que maintenant seul importe le texte, au détriment des explications bibliques à plat sur les murs)

On en profite aussi pour percer des oculi (petite fenêtres ovoïdes) : ça permet de mieux lire, vu que tout le monde a son missel

DSCF1858

DSCF1859

DSCF1861

Les versets bibliques datent de 1780, on retrouve les mêmes dans l'église de Nimburg, dans le Kayserstuhl.

 

En 1684, l'édit de Louis 14, qui rend l'usage du choeur aux catholiques (dans les paroisses où il reste plus de 8 familles de cette confession) tombe dans l'oreille d'un sourd

C'est en 1749 que les catholique reconquièrent le choeur, les armes à la main !

On ferme le choeur à l'aide d'un portail, pour que la vue dans le choeur ne gène pas les protestants, qui à leur tour, montent leur hôtel sur roulettes pour qu'il ne bouche pas la vue sur l'hôtel des Catholique dans le choeur... la nef servant aux paroissiens des deux confessions pour s'assoir....

C'est beau le simultaneum à la sauce d'ici

DSCF1873

DSCF1874

DSCF1887

DSCF1885

DSCF1882

DSCF1881

DSCF1878

DSCF1876

DSCF1877

DSCF1875

DSCF1884

DSCF1883

DSCF1888

DSCF1889

DSCF1879

 

Les peintures murales du choeur datent du XVème, (comme l'atteste le "vert", une couleur inusité au moyen âge) et sont les copies exactes de l'oeuvre de Martin Shoengauer, peintre colmarien.

 

En 1800, le toit du clocher part en flammes, on remplace donc la toiture à deux pans par le clocheton actuel, couverture en tuiles qu'on remplace en 1859 par de l'ardoise

 

église Baldo 4

sur le croquis on peut voir l'escalier d'accès à la tribune, ce dernier fut détruit dans les années 60, date à laquelle fut installée une nouvelle tribune dans la nef

Quand au clocher, il abrite au ré de chaussé la sacristie

DSCF1893

DSCF1892

DSCF1909

 

Pour ce qui est de la partie suppérieure du clocher, on n'y accède que par l'extérieur

 

DSCF1895

DSCF1901

 

Du coup je vous laisse aussi un joli plan du bâtiment qui vous montre, outre les murs et leur date de construction, les tombes qu'on a retrouvé dans l'église

 

église historique de Baldenheim 2

 

Ah, les tombes....

Actuellement, on croise les cimetières au sortir d'un village, mais ça n'a pas toujours été le cas. Bien souvent le cimetière était autour de l'église, sur terre consacrée (et les seuls locataires du cimetière étaient les bons paroissiens, les suicidés et les mort-né, n'avaient pas droit de cité en terre consacrée, je ne vais pas philosopher là dessus maintenant, bien que je n'en pense pas moins)

Mais, et il y a un mais, là non plus, ce n'était pas la règle : l'église au Moyen Âge, appartenant aux brebis du Seigneur, on ne faisait pas de grande différence entre les morts et les vivant, d'où le fait que nombre de paroissiens était enterré DANS l'église (enfin, surtout les prêtres, les Seigneurs et leurs familles)

Ce qui est le cas ici : l'église, du moins son sous-sol, est blindée, toute la noblesse locale s'y bouscule !

DSCF1845

DSCF1871

DSCF1880

DSCF1869

DSCF1870

DSCF1872

 

Si quelqu'un s''intéresse de plus près à cette histoire de non partage de l'espace au scein des églises entre vivants et morts, je lui conseille vivement un très bon livre : L'empire de la mort

l'empire de la mort

 

église Baldo 5

Une petite merveille qui vaut le détour

et qu'on peux visiter en Juillet/Août du mercredi au dimanche de 14 à 18 heures, il y a toujours une personne sur place pour vous donner des explications

Quand à ma pomme, je vous laisse avec une gravure représentant le second chateau de Baldenheim et un Leiterwage :

DSCF1894

DSCF1910

PS  : je ne fais plus que 99kg 600 ! Yeah !..... et on a adopté une petite Canaille, en plus de la Crapule !

Posté par Peneloppe67 à 01:40 - - Commentaires [10]
Tags : , ,
03 août 14

On a retrouvé Maitika

un_indien_dans_la_ville_05_maitika

En fait nan :

C'est une Brachypelma smithi du Mexique, plus communément appelée mygale du Mexique !

migale Cath

migale JJ

Magnifique spécimen

C'est beau, c'est léger, c'est fascinant comme bestiole. Même N°5 a eu le droit de la tenir

Nous en avons vu d'autres, c'était sur une expo à Endingen cet après midi....

DSCF1912

Passionnant à plus d'un titre

Posté par Peneloppe67 à 19:01 - - Commentaires [6]
Tags : ,
25 juil. 14

NEWS EN VRAC #2

régime1

Coucou tout le monde, me revoilou, me revoilà !

J'espère que vous allez bien, qu'il fait beau, que le moral tient la route et que certaines soient privée de Murphy pendant l'été, ça leurs fera des vacances !

Sur que ça fait des plombes que je ne suis plus passée par ici, je crois même avoir zappé de répondre à un ou deux coms, mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa... mais bon, j'avions une bonne raison et je vais tenter de vous explicationner le toutim.

Et le premier qui râle, l'a qu'à aller lire ailleurs, ok ! Bon, on y va, installe toi confortablement, j'ai deux mois à rattraper .... sert toi un jus, un saladier de pop corn si ça te chante : ça va être long !

regime

Si tu t'en souviens bien, le 22 avril dernier, soit aproximativement dans les "il y a trois mois", je publiais justement "news en vrac #1" où je te causait de mon problème de poids suite à mon AT

J'ai vu mon chir, le Dr Dente à Colmar, le 2 juin.

Dossier complet, résultats ok, bon pour la commission.

Restait à attendre que la commission valide, mais avec 116,8 kg et un IMC de 42, aucun risque que la commission refuse : C'est opérable même sans risques de co-morbidité tel que le diabète, le cholestérol, etc, etc.... Ceux là sont pris en compte avec un IMC situé entre 35 et 40

Puis le dossier validé en commission pluridisciplinaire est envoyé à la SECU, c'est en définitive le toubib conseil qui donne son aval.... et qui a 15 jours pour répondre : la secrétaire m'appelle le 20 juin pour m'annoncer l'accord de la sécu et la prise en charge !

Date de l'opération : 2 juillet, veuillez prendre rdv avec l'annesthésiste, vous présenter le 1er dans le service et faire une semaine de yaourt avant l'op !

Ok, la paperasserie arrive le lendemain par la poste, je vois l'annestésiste le mardi suivant et dans la foulée commence ma semaine de maximum cinq yaourts nature (125g) sans sucre par jour le mardi soir devant la téloche, hein ... tant qu'à faire !

Les yaourts natures pendant une semaine, à l'exclusivité de toute autre aliment, sont fait pour réduire la stéatose (foie gras pour les non initiés), l'opération se pratiquant sous coelioscopie, tu peux pas prendre le foie, s'il est trop lourd, à pleine main pour charcuter dessous

Les boissons, à condition qu'elles ne contienne pas d'alcool ou de sucre, sont à volonté (t'évite quand même le bouillon de poule, hein), je dois tourner à 4 litre minimum de café noir par jour !

Bon, jusque là, tout baigne ! Le mercredi, je me tape TROIS yaourts : midi, soir et devant la télé ! Le jeudi, je réduit à deux, le dimanche, ça me sort déjà par les oreilles, je me met à fantasmer à des yaourts saveurs "'poulet rôti"... encore deux jours à tenir !

Je calme ma frustration en ne sortant pas de ma cuisine : je tambouille à tours de bras ! Cheese cake sans cuisson aux spéculoos et beurre de cacahuètes, salade de crevettes, sole meunière aux amandes..... je gâte ma meute et profite des bonnes odeurs : le yaourt nature a quand même meilleure allure assortie du fumet d'une tarte aux cerises ou d'un crumble aux abricots !

Arrive le mardi 1er juillet, Cher et Tendre, qui a pris une semaine de congé, met la jeunesse à l'école, puis, valise dans le coffre de la titine, directionne sur Colmar pour me déposer dans le service de chirurgie de la digestion.

Sur place, on me refourgue une jolie chambrette avec balcon, douche dans le couloir, lit entièrement automatisé.... : prise de sang et pesée : les résultats sont bon, la balance affiche 109,00 kg ! Tout baigne !

Dernier repas du condamné : j'ai droit à une souplette, une barquette de raviolis et une tasse de salade verte ! La pomme, je n'y a pas touchée, pas plus qu'aux raviolos : après la souppe et la salade, je n'avais plus faim !!! Du jamais vu chez moi

Douche à la bétadine et hop, au plume

Le lendemain matin, rebelotte : douche à la bétadine ! Merci, j'ai les cheveux qui décolorent : le vert virre tout doucement au kaki !!!

Un verre d'eau et des calmants et reste plus qu'à patienter jusqu'à ce qu'on me cherche pour aller au block. Bon, j'ai rien d'autre à faire, je pionce Pilate en attendant, il va être midi le temps que ce soit mon tours.

Le personnel est très attentionné, prévenant... moi qui craint les picures et injections en tout genre,... ben, l'inf qui me pose la perf, elle est d'une gentillesse. Bon, ok, ça m'a fait mal vu l'endroit où elle a placé  la voie veineuse (juste au dessus du poignet) mais elle a su me prendre mes angoisses, et c'est tranquilou que je m'endort

J'émerge sur les coup de trois/quatre plombes, j'ai des éructations de compet mais pas mal. Je me tourne de côté, puis dans l'autre, tricote un pull, une écharpe et le bonnet qui va avec, tellement je leur embrouille les fils, personne ne râle, le personnel met ça en place gentillement et s'inquiette perpétuellement du "comment ça va"

Retour dans la chambre tard le soir, j'ai le droit de me lever pour aller au pipi comme une grande, je ressoit même de l'eau dans un riquiqui petit gobelet qui me permet de ne prendre qu'une gorgée à la fois. Même pas mal.

Trois heures du mat, j'ai des insomnies, sommeil cassé : les infs viennent prendre les constantes toutes les heures, du coup, je me casse sur le balcon avec ma perf : cloppe ! Retour au plumes, je sort la tablette et je me met à jouer et à écouter de la musique, la nuit finit par passer !

En guise de petit dèj, un yaourt nature .... ça faisait longtemps, tient : j'en grignote deux càc, j'ai plus faim !

à midi, on m'apporte une demi portion de purée de carottes (nature) et un petit suisse : une càs de mélange 'tit suisse/carottes et j'ai plus faim, quand au repas du soir : je lèche une càc de compote et grignote un kiri

Le lendemain matin, on me débranche la perf, mais on laisse la voie veineuse (cathéter et robinet trois voies) au cas où. J'ai mal sous les côtes, j'ai droit à un doliprane maintenant que ce n'est plus possible de me coller les médocs dans la perf

J'ai quelques gaz, toujours pas été aux selles.... ça tire méchamment sous les côtes. 11 plombes du soir, direction le scanner : RAS, tout est absolument normal, j'en profite pour aller faire pipi, j'ai toujours mal sous les côtes, côté gauche !

Et là, y a un interne qui percute : c'est due à la coelioscopie ! Forcément, on te gonfle comme une baudruche pour avoir la place de bosser tranquilou en voyant quelque chose, on te dégonfle par la suite, le reste de gaz injecté est absorbé par l'organisme et ressort sous forme de flatulences ..... Mais comme ton abdomen a plus que doublé de volume durant l'intervention, t'as les même symptomes que si tu avais fait des abdos à outrance : c'est juste musculaire

Bon, je dois être blonde, mais j'y ai pas songé toute seule

En tout cas, j'ai pas l'air fraîche, me faut une douche

DSCF1784

Vendredi matin, des selles, youpiiiii ! Et j'ai plus mal en prime .... en temps normal, j'aurais déjà pu rentrer chez moi, là, j'ai le droit de patienter jusqu'à demain matin, qu'à cela ne tienne, je fais déjà le paquetage en prévisionnel : chouette, demain je me casse !!!!

On me débranche le reste de quincaillerie, je file sous la douche, l'eau fait du bien, les strapps sont étanches, tout baigne

Ah oui, les strapps !

Le coup de génie du siècle ! Ils te raccommodent les trous qu'ils t'ont fait dans la profondeur du derme, avec des fils résorbables, la couche superficielle est fermée bord à bord avec des bandes de strapp, genre sparadrap spécial, que tu décolle au bout de cinq jours révolu.  Tu peux même te doucher avec, pas de soins spécifiques, pas de compresses à changer .... T'es juste privée de bains, mais bon, le bouillon de culture avec des trous, même une blonde avec des moufles arrive à saisir le concept, à moins d'être suicidaire

Bon, le samedi matin, je me carapate gentiment, Cher et Tendre porte la valise et fait le chauffeur, ça fait du bien de sortir de cet endroit confiné

Bien que j'ai eu la visite de la présidente de l'association "stop", et de deux autres membres de l'assos. J'en profite d'ailleur pour remercier Martine pour son engagement, sa gentillesse et ses conseils. Son soutient moral est précieux quand tu passes par là.

Martine a un bureau à l'hopital Pasteur de Colmar, où elle est présente les mardi après midi. C'est elle aussi qui préside les réunions d'informations du service de chir bariatrique en binôme avec le chir : C'est simple, tu veux un rdv avec le chir, la secrétaire du service t'envois d'abord en réunion d'information où on t'explique tout dans le détail, puis tu as un questionnaire à remplir chez toi concernant ton parcours/ta live de personne en surpoids, tes régimes passés, les traitements que t'as boulotté pour.... et ensuite tu prends rdv avec le chir pour lui rapporter le dossier. Et si t'as besoin d'aide, ben, y a Martine ! Alors MERCI MARTINE

...

J'en était où ?

Ah oui, donc le samedi matin, je me carapate ... Non sans avoir dûment et religieusement écouté les bons conseil post op du chir (qu'on te refourgue aussi par écrit et en deux exemplaires, que tu signes et que t'en rend un, ça a valeur de contrat) et les conseils nutritionnels après chirurgie de l'obésité, procuré par la diététicienne du service. Là aussi, tu reçois le double par écrit, au cas où t'aurais du persil dans les écoutilles. Faut pas plaisanter avec, y a peut être que 0,1% de complications post op, mais quand ça te tombe dessus, à part repasser sur le billard dans la demi heure qui suit... Donc, on fait pas l'andouille !

Déjà, question repas, t'as intérêt à conserver une alimentation mixée pendant quatre semaines.

Ensuite, t'évite absolument :

Les fibres : comme par exemple le maïs en boite, t'as beau vouloir le mixer et le passer au tamis histoire d'enlever les peaux autour des grains, c'est déconseillé parce que s'il reste un minuscule fragment de peau et que celui là se coince dans les cicatrices, ça donne une inflammation locale et tu risque une fistule (et une fois qu'il y a une fuite dans la tuyauterie, c'est la septicémie assuré ! sans compter que pour détecter ça... tu repassera, hein)

Le cru : pour les même raisons que pour les fibres

le sucre : c'est pas le moment de se payer une inflammation des différentes cicatrices

les bulles : ça donne des flatulences, pas la peine de sur-gonfler la triperie, t'as assez d'éructations et de flatulences comme ça, t'oublie le périer et les sodas

les aliment qui donnent des flatulences : idem que pour les bulles

Pas de graisses animales, pas de fritures, pas de charcuterie, pas de fromages (mis à part le fromage blanc, les 'tits suisses, le kiri)

et pour en revenir au graisses, s'il te faut manger une noisette de beurre ou ajouter un soupçon de crème fraîche, d'huile ou de beurre dans tes purées, ça doit obligatoirement être cru ! Aucune graisse cuite !

conseil nutri post op

répartition journalière bouffe post op

Bon, là, je commence tout doucement à saturer..... parce que j'ai beau aimer la purée, ça fait loooooooooooong, très loooooooooong ! Encore six jours à tirer et je vais tout doucement commencer à réintroduire, d'abord des 'tits morceaux bien cuits, puis le reste... les crudités viendrons en dernier

le tout suivant la tolérance de l'organisme, de mon organisme... s'agit de s'écouter là !

En attendant, je tourne au café, avec ma santé de fer, s'agit pas de rouiller en se torchant de la flotte, pleut assez dehors

....

A la question de "si je me sent bien, si je ne regrette rien, si c'est éficace", je peux répondre par ça :

 

 

poids au 22 juin 2014  :   116,8 kg

            1er juillet 14 :       109 kg

            6 juillet :               107,9 kg

            22 juillet :             102 kg

 

 

 

22/06/14

22/07/14

Bras

45 cm

39 cm

Poitrine

120 cm

118 cm

Sous poitrine

98 cm

96,5 cm

Taille

116 cm

109 cm

Hanches

138 cm

126 cm

Cuisses

71 cm

68,5 cm

 

 

J'en entend déjà d'ici, c'est trop, trop rapide, attention aux carences..... Que neni : les carences, risque pas d'y en avoir, une fois la période "purée" passé, tu remplace ton cacheton "pansement gastrique" par un comprimé de calcium et un cacheton de vitamines, sans compter que tu as droit à ton injection intramusculaire (dans les miches) tout les deux mois pour la vitamine B12, qui n'est plus assimilable par voie orale, ton ampoule de vitamine D, tout les deux mois, mais à boire, ta supplémentassions en fer, si nécessaire.... Contrôle régulier par prise de sang

ET puis, tu croise non seulement ton chir, tu voie régulièrement ta diététicienne, ta thérapeute, ton infirmière... on te conseille même de t'inscrire dans l'assos "stop" histoire de ne pas être seule avec ton vécu, d'aller aux réunions mensuelles, d'avoir une vie sociale !

Je n'irrait pas dire que c'est la panacée.... mais ... ce matin, pesée chez l'infirmière de Cardio-prévention à Sélestat pour un bilan annuel : 101,4 pour 107 cm de tour de taille... j'arrive à nouveau à me rincer les pattes dans le lavabo de la salle de bain quand je traine en tong dans le potager !

Alors, comparé au fait de pouvoir bouger mieux... c'est quoi 4 semaines de purée mixée lisse ? hein ?? Rien

Et puis, je cuisine toujours autant...

Ben viiiiiiii, j'évite la frustration en tambouillant pour les autres (parce que les haricots vert, en conserve et à la vapeur... c'est DEGUEULASSE)

Sur ce, je vous laisse

et on se retrouve ici pour parler promenades, nature et tourisme quand ça ne sera pas boustifaille, j'ai encore un tas de trucs à vous montrer

BISESSSSSSSSSS



Fin »