Aller retour sur Lyon ce week end... Le pull de Mini Miss a bien avancé grâce à la SNCF.

DSCF1781

6 heures de train, ça permet de voir venir... et de finir des pelotes.

A l'aller, plage blanche, une partie du voyage debout, coincée entre des étudiants chargé d'une semaine de linge sale plus les cours et des permissionnaires en goguettes chargé comme la royal brêle force... La seule différence avec certains voyages organisé d'il y a plus de 60 ans, c'est le confort somme tout relatif des wagons corail.

J'ai peu récupérer ma place réservée à Mulhouse. Et là encore ... Une sâle teigne gentil dame essayait de me faire comprendre que la place qu'elle occupait étant libre à sa monté dans le train, elle ne voyait pas l'utilité de me céder Ma réservation. Je veux bien qu'elle voyage assis, mais LA, c'est Ma PLACE....

Dommage qu'il faille jouer de la fourchette à escarginches pour délocaliser certaines .... Je ne vous fait pas de dessin, imaginez la suite...

Pour le retour, train de nuit...

Tranquille. Un jeune bidasse est assis à coté de moi et suit avec fascination le mouvement de mes aiguilles. A croire qu'il vient de découvrir la 9ème merveille du monde

J'ai du m'endormir en cours de route. Un ronronnement de matou dans les oreilles me réveille. Je suis dubitative, les animaux de compagnie sont censé voyager en caisse de transport et pas à moins de 5 cm de mes pavillons.

En fait de chat, c'est le permissionnaire... il a posé mon tricot en face sans égarer une maille (j'ai vérifié) tiré son anorak sur nous et dort du sommeil du juste sur ma clavicule. Il descend à Belfort et il me reste trois heures de trajet que je met à profit pour tricoter plus avant.

La fin de ma pelote de réserve sonne le glas de mon ouvrage nomade.

Il me reste une manche et demi à faire...