Ah que coucou tout le monde

Je vous souhaite une bien belle soirée to night, puissiez vous être épargné par les orages qui menacent !

7-jpg

Châtenois

Photos d'internet

Je vous embarque pour une petite balade dominicale à Châtenois, Keschtaholz en Alsacien, .... Bouge pô, boucle ta ceinture, c'est pô loin d'ici et ça vaut le détours :

DSCF8955

Le nom de Châtenois est attesté sous les formes Villa Castineto en 1112, Castineto en 1138, Castiney en 1177, Kestenhoulz en 1189, Kestenholz en 1232, Scheckteney en 1241, Questenesholz en 1444, Köstenhol en 1599. En 1502, dans le livre Declaratio ad mitigandum adversarium écrit par Wimpheling, Châtenois est cité sous son le nom de Kestenholtz. Il en est de même dans le livre de Mathäus Merian, Topographia Germaniae, dans les actes paroissiaux de la commune à partir de 1685. En 1807, le village est connu sous sa forme actuelle, Châtenois la traduction de son nom allemand et dialectale et en 1871, il est germanisé en Kestenholz, avant de reprendre définitivement son nom français après la seconde guerre mondiale.

 

Le bas latin Castanetum « bois de châtaigniers, châtaigneraie» a été germanisé en Kestenholz. Le nom de Kestenholz a lui même été francisé en Châtenois, nom de même sens

Bon, ça c'était la minute culturelle !

Je ne vais pas vous trimballer à travers tout le village, mais on va faire un tour sur le chemin d'interprétation des remparts, pardon, le tours de l'enceinte du cimetière fortifié de châtenois !

DSCF8950

DSCF8952

DSCF8959

DSCF8964

Je vous ai déjà dit que le coins était habité depuis fort fort longtemps, ce qui est valable pour un bled à dix bornes d'ici, l'est forcément pour celui là :

L’origine de CHATENOIS remonte au temps des Celtes, mais les traces de leur passage se résument à la découverte de quelques objets épars.
C’est au temps des Romains que la cité entre vraiment dans l’histoire sous le nom de CASTINETUM (lieu planté de châtaigniers). Une borne milliaire située non loin du Giessen rappelle la route romaine qui longeait les Vosges. De même, 2 dalles de grès représentant les dieux romains Mercure et Rosmerta ont été retrouvées près de la source Georgenbrunnen.

 

Puis, arrive la chute de l’empire romain et l’installation des populations franques en Alsace qui cohabitent avec la population gallo-romaine.
Là aussi, 6 sarcophages ont été retrouvés près de la même source Georgenbrunnen. Ils contenaient des squelettes, une épée et quelques bijoux. Ils peuvent être datés de vers 650 ap. JC. A noter la chapelle qui abrite cette source, édifice qui pourrait être du XVème siècle.

Au Moyen Age, le site de Châtenois au débouché de 2 vallées vosgiennes (Ste Marie et Villé) est stratégique, puisqu’il permet de contrôler le passage vers la Lorraine.
Bien sûr, il fallait un lieu fortifié pour pouvoir prétendre jouer un rôle stratégique. En 1138, une famille noble "Von Kestenholtz" est citée. Elle habitait certainement le château, peut-être implanté à l’emplacement de l'actuel grand pignon situé dnas le quartier "du château". De l’église primitive subsiste le clocher dont la base date du 12ème siècle avec des réemplois romains. 

imagesaa

imagesa

plan_rempart

  • 1- Première enceinte
  • 2- Deuxième enceinte
  • 3- Fossés
  • 4- Tour-porte dite des "Sorcières"
  • 5- Eglise Saint-Georges
  • 6- Presbytère
  • 7- Tour d'angle circulaire

Suffit de reluquer le plan pour s'appercevoir que Châtenois s'ennorgueilli d'avoir le plus grand cimetière fortifié d'Alsace, qui non seulement englobe le cimetière à proprement parler, mais aussi l'église du 12ème, (pour la partie "religieuse" du site) la maison du baillage (amtshaus), deux "maison forte", (dont le presbytère), un atelier de monaie (épiscopal), des puits, des maison individuelles de privilégiés proches du pouvoir...

Vers 1400, l’évolution de l’armement a amené l’évêque propriétaire de Châtenois, à construire une seconde enceinte.

DSCF8960

DSCF8959

DSCF8964

Les enceintes sont bâties en moelond de grès et de granit. Ils sont révélateur d'un travail à moindre cout (tient ça me rappelle quelque chose) soumis à des changement d'avprovisionnement en matériaux. Avec en sus, un plan rudimentaire et aucun élément de flanquement (pas de système défensif dans les angles) sauf la tour qui protège la poterne dans l'angle NO de l'enceinte. La poterne en question reste jusqu'à la construction de la seconde enceinte, l'unique ouverture du premier mur (côté Vosges s'entend)

DSCF8966

DSCF8969

DSCF8972

La seconde enceinte est aménagée pour renforcer la première - forcément, l'armement avait évolué et la première ne remplissait plus son office !

Au début, elle adopte un tracé similaire et une architecture basé sur le même système de défence. Mais très vite on réhausse le mur (parapet) d'un bon gros mètre, on bouche les crénaux car pas défendable et on en profite pour creuser un gros fossé entre les deux enceintes  : la terre servira à renforcer le second mur ainsi que de chemin de ronde (et en prime, les montagnes russes pour passer là ça enquiquine toujours l'assaillant)

DSCF8975

DSCF8965

DSCF8970

DSCF8973

DSCF8977

Au 16ème siècle, une maison adossée au mur d'enceinte brule. En 2003, l'éfondrement partiel d'une terrasse la remet au jour (enfin, ce qu'il en reste)

Des fouilles archéologiques menées sur plusieures années (d'ailleur, ça creuse encore) permettent de dégager les vestiges d'une maison du 13ème dans laquelle on a aménagée une cave à vin au 15ème. L'étude des arme, d'une armure, de matériel viticole, agricole.... permettent de dire que son occupant (marant comme on cause jamais de la femme, des gosses, de la domesticité) était Burgman (chevalier en charge de la protection de la résidence épiscopale) et viticulteur (après, la vigne et l'Alsace hein....)

DSCF8982

DSCF8983

DSCF8976

DSCF8985

DSCF8994

Le cimetière fortifié était divisé en son scein, en deux parties bien distinctes : le pouvoir temporel avec le pôle seigneurial, dont le Amtshaus (ben tient, il n'en reste qu'un splendide pignon moyen-âgeux) et les maison des privilégiés, et de l'autre côté du mur de séparation, le pouvoir religieu représenté par l'église et son cimetière (le cloché est surmonté d'échaugettes permettant la défence du site)

DSCF8990

DSCF8986

En flanant un choua dans les rues le nez au vent, on voit de petites merveilles

DSCF8987

DSCF9006

DSCF9007

DSCF9005

En bas, on tombe sur la mal nommée tour des sorcières qui n'est autre que la porte d'accès principale de l'enceinte. Elle faisait partie d'un système de double portes mais celle du mur d'enceinte intérieur a été détruite, de même que la barbacane qui était plus bas.

DSCF8993

DSCF8996

DSCF8997

DSCF8999

DSCF9000

DSCF9002

DSCF9003

DSCF9010

DSCF9012

DSCF9008

Un supperbe jardin médiéval n'attend que le visiteur, il n'est pas le seul dans le coins, mais faut avouer que celui du HK est un petit peut beaucoup pas visitable en ce moment, vu que le HK est en plein travaux justement

DSCF9013

900 mètre de promenade à flaner autour des murs d'enceintes, un beau chemin de découverte, avec de bien pratiques paneaux explicatifs

douzes ans de traveaux

du débrouissaillage, de la consolidation, de la remise en état, des fouilles....

pour passer de ça :

rempart

à ça :

DSCF8964

Hach'te ge vu, s'esch de namlig porte

Bon, en tout cas, comme dit, ça vaut le tour

Bon, là, je file au plume, demain matin kiné et on essayera de finir le plancher dans la chambre de louloute. Je sais, je vous ait promis des recettes.... mais bon

Bisesssssssssssss et à toute