chateau-bernstein-vue-aerienne-CP-Loehle

DSCF2130

DSCF2131

DSCF2075

DSCF2077

Ah que coucou tout le monde.

Je vous souhaite une bien belle et douce journée. Et je profite du beau temps pour vous embarquer dans une jolie balade automnale : direction le Bernstein sur les hauteurs de Dambach la Ville.

Le chateau est une  des plus ancienne forteresse d'Alsace, voire la plus ancienne. Il est cité pour la première fois vers 1009 . Les ruines actuelles sont bien postérieures et datent de la fin du XII ème ou du début du XIII ème siècle.

Le Lansberg et l'Ortenberg sont construit sur le même modèle militaire, chacun apportant des améliorations dans la conception.

Il fait l'objet de fouilles et de consolidation. Est d'accès relativement aisé, il suffit de prendre la route départementale 203 reliant Blienschwiller à Villé. 300 mètre environs avant le croisement du col, on prend une petite route forestière qui mène au parking du "Schulwaldplatz". A partir de là, on arque dans la montée où un itinéraire fléché permet d'accédder au château en 20 mn

 

DSCF2048

 

DSCF2139

 

DSCF2049

 

DSCF2054

 

DSCF2129

Le Schulwaldplatz est parfait pour un pique nique, et bien que la trotte soit en montée, le chemin est relativement plan, même que moi avec mon hernie discale et ma surcharge pondérale, j'y trotte tranquillou

Tout ça pour te dire, ami lecteur, qu'avec une bonne paire de croquenots, toi aussi, tu peux profiter du panorama qui t'attend là haut, parce que ça vaut le détour, c'te ruine, largement :

DSCF2055

DSCF2056

DSCF2072

DSCF2075

DSCF2078

La forteresse est entièrement construite en granite. Les ruines nous étant parvenues sont assez bien conservées. L'édifice prend assise sur une arête granitique à deux niveaux. Ceci délimite clairement trois parties distinctes, à savoir le haut château situé sur l'arrête supérieure Ouest, le bas château situé sur l'arrête inférieure Est, et enfin les ouvrages avancés s'appuyant sur la face Sud du rocher.

Je vous met un plan, c'est plus parlant :

DSCF2070

FR67_Dambach-la-Ville_Chateau_Bernstein_(plan)

Les premières constructions sur le site de Bernstein datent probablement de la préhistoire. Il en subsiste l'actuel mur d'enceinte Nord. Il s'agit d'un mur de pierres sèches suivant scrupuleusement la bordure faîtière de la terrasse.

En se référant aux usages de l'époque, le château cité vers 1009 devait être une construction réalisée essentiellement en bois.

Les vestiges actuels du château présentent une grande homogénéité, il a cependant fait l'objet d'ajouts et de remaniements au fil des siècles.

L'essentiel de la forteresse a été édifiée en plusieurs campagnes de construction entre la fin du XIIe et le premier tiers du XIIIe siècle. La partie la plus ancienne est le haut château (donjon, logis seigneurial et tour romane). Par la suite, ont été construits le bas château puis les ouvrages avancés (cour avant, pont-levis, jardin et tour d'angle).

Bien plus tard, le logis a été transformé de sorte à créer un fossé au pied du donjon, la tour romane a été rehaussée et le bastion édifié. L'absence de fouilles et le mauvais état des vestiges ne permettent pas de dater précisément les travaux. On peut néanmoins les situer aux alentours du XIVe siècle.

Pour s'adapter aux progrès de l'artillerie, la tour sainte-Marguerite a été construite dans l'angle Nord-Ouest du bas château vers la fin du XVe siècle. À la même époque, le fossé du donjon a été transformé en citerne. Les murs ceignant la cour haute ont également été rehaussés à cette époque.

DSCF2079

DSCF2080

DSCF2081

DSCF2082

DSCF2086

DSCF2087

DSCF2088

DSCF2089

DSCF2093

DSCF2094

Le donjon pentagonal fait face à la montagne du Dachfirst et se présente comme un bouclier. Ses vestiges sont d'une hauteur approximative de 18 mètres. Au XIXe siècle ses créneaux étaient encore parfaitement visibles. L'intérieur du donjon est encore accessible actuellement, ce qui permet de constater l'exiguïté des lieux. On en déduit que la fonction du donjon était purement militaire. Tout au plus, le niveau inférieur pouvait-il servir de cachot. Le donjon présente deux meurtrières sur sa face Sud, une porte orientée à l'Est à 11 m du sol environ et des latrines sur la face Nord au même niveau. L'accès au donjon se faisait par une passerelle abritée et escamotable depuis les combles du logis.

DSCF2108

DSCF2102

DSCF2104

DSCF2110

DSCF2113

Le logis seigneurial ou palas comporte deux étages. Le premier niveau était percé, à l'origine, de dix meurtrières, quatre donnant vers le Sud et les six autres vers le Nord. Les meurtrières de l'Ouest du logis ont été condamnées lors de l'aménagement de la citerne. Le portail d'accès se trouve à l'Est. Le second niveau abritait la salle d'apparat et diverses pièces d'habitation. La façade Sud est percée de quatre fenêtres géminées à l'Est et de cinq fenêtres simples à l'Ouest. Les fenêtres sont toutes en plain cintre. Le mur Est comporte également une fenêtre géminée à la verticale du portail. Le meneau comportait deux ours sculptés. Difficile, en revanche, de décrire les ouvertures vers le Nord à l'exception d'une embrasure du côté de la tour romane. En effet, le mur Nord du second niveau a en quasi-totalité disparu.

DSCF2099

DSCF2089

Une tour, appelée tour romane, se dresse dans l'angle nord-est du haut château. Elle s'élevait sur quatre niveaux. Le premier d'entre eux est situé légèrement en contrebas du logis. Son plafond est plus élevé que celui des autres pièces (environ 5 mètres). Le mur Est est percé d'une meurtrière. Le deuxième niveau devait être une pièce plus somptueuse dans le mesure où elle comportait une voûte d'ogives et des murs percés sur les quatre côtés par une fenêtre géminée vers l'Est, une fenêtre simple vers le Nord et le Sud et enfin une porte en plain cintre vers l'Ouest. Il est probable que la voûte ait été détruite lors de l'élévation ultérieure de la tour. La maçonnerie du troisième niveau est différente de celle des niveaux inférieurs. L'accès aux trois niveaux se faisait à partir du logis. Les restes du quatrième niveau présentent des traces de créneaux. On constate également une porte supplémentaire, plus tardive, permettant un accès aux combles du logis. La tour romane semble, enfin, avoir abritée la chapelle castrale.

DSCF2112

DSCF2097

DSCF2098

Le bas château se présente actuellement comme un espace d'environ 40 mètres d'Ouest en Est sur 13 mètres du Nord eu Sud. Peu de vestiges subsistent de l'époque médiévale. L'angle Nord-Est est actuellement occupé par les ruines d'un pavillon de chasse du XIXe siècle.

L'angle Nord-Ouest est occupé par la tour sainte-Marguerite. À en juger par sa localisation et sa structure, sa fonction était essentiellement défensive : elle permettait de surveiller la porte d'entrée du bas château. La tour, de forme rectangulaire, est percée de meurtrières, adaptées aux armes à feu, situées en quinconce sur les façades Est et Sud. Deux accès permettait l'accès à la tour : l'un sur la façade Sud, situé à 6,50 mètres du sol et pourvu d'un pont-levis, constituait le débouché d'un escalier perpendiculaire à l'escalier principal. L'autre, sur la façade Ouest, donnait sur la barbacane haute. Au droit de la tour, une poterne permettait le passage vers l'extérieur Nord. Certains auteurs placent la chapelle castrale dans la tour du bas château.

D'autres bâtiments formant le corps de logis existaient dans la cour, tant sur le mur Nord que le mur Sud. Au vu des traces restantes, ils s'élevaient sur deux étages. On relève cependant que leur premier niveau était aveugle du côté du mur d'enceinte. Certaines fenêtres subsistent dans la partie orientale de la cour : elles sont simples ou géminées, en plain cintre ou rectangulaires. En revanche, l'état de la ruine n'est pas suffisant pour en déduire l'agencement des ouvertures dans la partie occidentale.

DSCF2088

DSCF2086

DSCF2090

DSCF2094

Les ouvrages avancés se situent au pied du haut château à l'angle Sud-Est de l'éperon rocheux. Ils comprennent d'Est en Ouest trois parties principales : le bastion, le jardin et la cour avant.

Le bastion présente un mur incurvé vers l'extérieur du château. Au Sud-Est se dressait une tour d'angle. Celle-ci constituait la seule protection de l'accès au puits avant la construction du bastion au XVe siècle.

DSCF2116

DSCF2078

Le jardin prolonge le bastion. Son mur Sud s'élève sur un soubassement rocheux pouvant atteindre plusieurs mètres. À l'Est, au droit du bastion, un passage permet l'accès vers le fossé Nord. L'entrée du passage vers le puits souterrain se situe dans l'angle Sud-Ouest : un portail roman donnait accès au puits via un passage vouté de neuf mètres de long.

DSCF2073

DSCF2072

DSCF2075

DSCF2080

DSCF2118

DSCF2117

La cour avant est la partie la mieux conservée parmi les ouvrages avancées. Cette cour constitue l'accès unique au château. Dans la partie Est, on distingue clairement le portail roman. Celui-ci était doté d'un pont-levis et d'une poterne rectangulaire au Sud. Au Nord du portail un mur séparait la cour avant du jardin. Il est percé d'une porte et d'une meurtrière. Les restes de corbeaux et d'arc en pierres permettent de déduire la présence d'un chemin de ronde. Par un étroit couloir d'environ vingt mètres sur cinq, la cour avant mène au portail du bas château.

 

DSCF2077

DSCF2078

DSCF2079

DSCF2081

DSCF2083

La forteresse disposait également d'un mur d'enceinte. La partie Nord est encore parfaitement visible quoique très ruinée. En parcourant le chemin de ronde Sud, le visiteur remarque la présence d'un alignement de pierres affleurant le sol dans la continuité du mur Nord. On peut ainsi imaginer que le mur d'enceinte se prolongeait également sur la face Sud.

DSCF2121

DSCF2122

DSCF2126

DSCF2127

DSCF2131

Dans sa conception, le château du Bernstein présente une défense parfaite. L'emplacement naturel est particulièrement favorable : la forteresse est construite sur un éperon rocheux qui, cumulé au terrain environnant, offre un important dénivelé sur pratiquement tout son pourtour. L'architecture militaire est, quant à elle, particulièrement ingénieuse : un épais bouclier pentagonal, pointé dans le sens de l'attaque, masque et protège toutes les dépendances construites en enfilade.

Mis en situation, l'édifice comporte d'importants points faibles. L'éperon rocheux, et donc le château, pointent vers une colline voisine – vers l'Est –, mais non du côté de l'attaque. En effet, les assaillants trouvent un terrain plus favorable au Sud-Est. Par ailleurs, l'approvisionnement en eau provient d'un puits situé à l'extérieur des deux parties principales (haut et bas châteaux). Préserver cet accès à l'eau condamne toute idée de construction d'un fossé d'enceinte à cet endroit et rend les ouvrages avancés d'autant plus vulnérables.

DSCF2133

NIM10686

DSCF2068

bernstein

chateau-bernstein-vue-aerienne-CP-Loehle

Autre curiosité : les fosses à loups, dont une est visible à moins de cinq cent mètre du château, fosse que l'on peut aisément confondre avec un puits !

DSCF2135

DSCF2136

DSCF2137

Sur le même modèle, (mur bouclier, donjon pentagonal...), il y a le château du Lansberg. Un poil plus beau mais une de ces ruines !!! Je vous en parlerais prochainement.

En attendant, portez vous bien. Je vous embrasse tous et vous souhaite une agréable journée.

Bisesssssss