20210328_120738

Hélo mes amis

Je vous souhaite une douce semaine sainte à venir, un bon lundi pour bien commencer la dite semaine et je vous emmène avec moi sur les chemins de la rando du week end, à savoir le circuit découverte de la Wasenbourg à Niderbronn les bain, avec passage par les roches à cupules (ou bassins) , le Hexenplatz et détour par le château du Grand Arnsberg (à ne pas confondre avec le Petit Arnsberg), 15 Km, 235 m de dénivelé, 4 heures de balade et repas dans le sac à dos : Que du bonheur

166224314_465215398058553_5092157653794260723_n

Profiter de la journée pour filer sur Niderbronn, garer la voiture à la gare, s'équiper du sac à dos et filer sur le sentier découverte du château de la Wasenbourg (Balisage : GR53 , , Centre-ville, avenue de la Libération, passer sous le pont de la voie ferrée en face du golf sur piste, allée des Tilleuls jusqu’à la place du Roi de Rome,  )

20210328_105608

20210328_105621

20210328_105627

20210328_105645

20210328_105656

20210328_105915

20210328_105920

20210328_110007

20210328_110030

20210328_110206

En cours de route, tomber sur panneaux explicatifs du sentier découverte, apprécier 

20210328_110637

20210328_110651

20210328_110744

20210328_110749

20210328_111403

20210328_112228

20210328_112232

20210328_113454

20210328_113450

20210328_113541

Au bout d'une heure et demi de grimpette, arriver au château ! Déjà, ça grimpe, donc tu lambines dans la monté, arrêt devant les panneaux, les fleurs, .... et ensuite, t'as quand même deux bouteilles de flotte, la salade composé au thon et coquillettes, le sauciflard, le calendos, le pain, le class et le reste dans le sac. Ok, pause casse croute, il est midi cinq et ça fait du bien de se poser

20210328_113541

20210328_113646

20210328_113700

20210328_113707

20210328_113801

Le site occupé dès l’Antiquité

À l'époque romaine (vers l'an 90) le site servait d'observatoire (specula) à un groupe de la 8ème légion ancrée à Argentoratum (Strasbourg) , à partir d'un rocher en grès vosgien  appelé le Wachfels, (le rocher de veille).

Les romains ont construit à l'emplacement du château actuel un temple dédié à Mercure . On peut encore y lire l'épigraphe suivant :
« DEO MERCURIO ATTEGIAM . TEGULICIAM COMPOSITAM . SEVERINIUS SATULLINUS C. F. EX . VOTO POSUIT L. L. M. »
traduit ainsi : « Severinius Satullinus, fils de Caïus, a, en exécution d'un vœu librement fait élever et consacrer ce petit édifice en tuiles au Dieu Mercure comme monument. »

Trois lourds piliers monolithiques sont accolés au Wachfels et barrés d'une épaisse architrave  ayant des gravures latines illisibles, placées sur un socle rectangulaire. Ils proviennent du château médiéval, mais n'ont aucun rapport avec le temple romain, et ont été placés là maladroitement par Charles Matthis après les premières fouilles. L'épigraphe ne se trouve pas sur le rocher de guet mais sur un mur naturel du château.

Au xviiie siècle on découvrit près du château une pierre gravée. Déposée à Strasbourg, elle fut détruite lors de la guerre de 1870 . Le texte fragmentaire était rédigé ainsi :
« MERCURIO AEDEM …ORUM
SUIS ORNAMENTIS …RUNT
 »

Que l'on peut traduire par : « À Mercure est consacré ce temple avec ses ornements (érigé par un groupe). »

Le site romain a été abandonné après l'invasion des Huns de 451.

20210328_113751

20210328_115842

20210328_115907

20210328_115911

20210328_115923

20210328_120407

20210328_120454

20210328_120505

20210328_120529

20210328_120535

Le nom de Fasenburgo (Wasenburg) est cité pour la première fois entre 731 et 739. A cette époque et dans ce cas précis, ce nom en «- burg» ne révèle pas l’existence d’un château, mais de ruines romaines.
Frédéric de Wasenbourg – qui, lui, a adopté le nom du château –, est cité en 1272. Il n’en est probablement pas le constructeur, mais plutôt le châtelain ou le bailli. Wasenbourg est possédé par les sires de Lichtenberg en 1335, puis par les sires de Burn en 1378. Lors de la guerre dite de Bitche (1398), les troupes de la ville de Strasbourg s’en emparent et l’utilisent comme point d’appui contre les seigneurs de Bitche avec qui la ville est en guerre avant de le restituer à ses propriétaires. Le château est acheté par les Lichtenberg en 1400. En 1435, la place est devenue, pour une raison inconnue, un fief de l’évêque de Strasbourg que possèdent toujours les Lichtenberg jusqu’en 1480 : à l’extinction de ce lignage, ce sont les Deux-Ponts – Bitche qui en héritent. On ignore cependant si le château était encore habité en ce début du XVIe siècle. Wasenbourg est en ruine en 1592.

20210328_120641

20210328_120625

20210328_120620

20210328_120653

20210328_120732

La cour extérieure comportait les écuries, celle intérieure les locaux des serviteurs et le stockage des réserves. À partir de celle-ci une porte cintrée permet l'accès à la salle des chevaliers. Parmi les moellons qui soutenaient le plafond, on trouve encore une tête sculptée à l'image probable du maître d'œuvre. La salle contient une cheminée et deux bancs en grès devant des fenêtres gothiques ouvertes sur la plaine d'Alsace. Malgré l'effort artistique fait sur les portes et les fenêtres, le château est sobre et sévère avec peu d'ornementations, ainsi qu'il convient à une forteresse défensive fermée au monde extérieur.

20210328_120738

20210328_120740

20210328_120852

20210328_120857

20210328_120904

reconstitution-chateau-fort-wasenbourg-mengus2

Wasenbourg au XIIIe siècle. Essai de restitution par N. Mengus d’après Th. Biller.

20210328_120915

20210328_120932

20210328_121634

20210328_121700

20210328_121718

20210328_121807

20210328_122102

20210328_122104

20210328_122114

20210328_122152

20210328_122221

20210328_122228

20210328_122242

20210328_122547

20210328_122557

Poursuivre sur le SENTIER PREHISTORIQUE CHARLES MATHIS Départ : derrière la ruine de la Wasenbourg avec une durée d'1h – sentier circulaire Balisage : rectangle rouge. Partir à la  découverte d’un ensemble archéologique (pierres à cupules, enceintes…)

 

20210328_123002

20210328_123010

20210328_123014

20210328_123058

20210328_123102

l’enceinte dite «Jardin des Fées» passe pour être une construction en liaison avec le siège de 1398 (un camp des assiégeants ?)

20210328_123102

20210328_123109

20210328_123231

20210328_123237

20210328_123258

20210328_124130

20210328_124133

20210328_124142

20210328_124152

20210328_124201

20210328_124242

20210328_124303

20210328_124524

20210328_124528

20210328_124822

20210328_124828

20210328_125137

20210328_125802

20210328_125805

20210328_125853

20210328_125904

20210328_125948

20210328_133100

20210328_133106

20210328_133110

Chou, une carte .... et le Grand Arnsberg à une heure de trotte, tant qu'à faire, on va voir ce qu'il y a à voir là bas

20210328_140101

20210328_140105

20210328_140211

20210328_140420

20210328_140439

20210328_140602

20210328_140609

20210328_140755

20210328_140824

20210328_140936

Les ruines du Grand Arnsbourg, datent du  milieu du 12° siècle. Le but de la construction du château était la surveillance de la Vallée de la Zinsel qui menait jusqu’à Bitche.

Ce qu'il en reste est  propriété de l'État,. Seul le donjon s'élève presque intact au dessus des ruines, situées au sommet de l’Arnsberg, à 473 mètres. Actuellement, l'accès aux ruines est interdit

(l'escalier d'accès est rouillé et vautré à terre

20210328_142121

Alors à moins de faire de l'escalade, .... bref, on a vite fait le tour, 

L'accès au château se faisait par la basse-cour, encore délimitée par des éléments du mur d'enceinte, située en contrebas à l'est. À l'origine, on accédait à la plate-forme sommitale par un escalier taillé dans le rocher du côté est et par des échelles mobiles débouchant dans la cour. Celle-ci a conservé dans sa partie centrale le donjon de plan carré disposé de biais, construit dans un appareil en bossage à trous de louve, et des vestiges des courtines. Le donjon et la basse-cour sont classés monuments historiques depuis le 22 novembre 1994.

Deux énormes rochers, séparés par une faille, portent le logis seigneurial et protègent les deux basses-cours rectangulaires de son flanc est. Il est possible de découvrir un puits impressionnant taillé dans le rocher, le donjon, disposé en diagonale et barrant entièrement la plate-forme rocheuse, des débris de la muraille et un arc esseulé soutenant un reste de chemin de ronde.

C'est grand dommage qu'il n'y ait pas d'entretient et qu'on y a plus accès, j'ai connu des ruines moins bien conservées !

Bref, on reluque par le bas

20210328_140936

20210328_141036

20210328_141315

20210328_141320

20210328_141339

20210328_141416

20210328_141435

20210328_141701

20210328_141704

20210328_141709

20210328_141759

20210328_141832

20210328_141858

20210328_141940

20210328_142102

20210328_142121

20210328_142329

20210328_142334

20210328_142342

20210328_142347

 

Un dernier coup d'œil et nous rebroussons chemin pour rejoindre une heure plus tard le sentier préhistorique 

20210328_153205

20210328_154236

 

Passage par la fontaine du "Graebelsbrunnen"

20210328_154338

20210328_154351

 

Puis retour sur le circuit de la Wasenbourg pour rejoindre la gare de Niderbronn où attend la thermos de café dans le coffre de la voiture (je trimbale un sac à dos, pas une cantine, pour le caoua, y avait plus de place dans le sac  à l'aller, au retour, le sauciflard étant rangé comme le calendos à 37°C, ça aurait pu le faire, mais bon !)

166224314_465215398058553_5092157653794260723_n

 

Une belle journée