20200820_105425

Aujourd'hui je vous emmène dans une jolie balade à la découverte du patrimoine chanitois, sur le sentier des pierres sèches ou laves à Champlitte

Deux km 200, une promenade faite en une heure et demi, deux heures (ben vi, APN oblige, on s'arrête souvent pour admirer)

téléchargement

20200820_101923

Entre pierres et vignes, le sentier d'interprétation des Pierres Sèches raconte l'histoire de la vigne à Champlitte et la manière dont l'homme a façonné le paysage calcaire.

C'est au 17ème siècle que le site des lavières prend son aspect actuel. Son nom vient de "lave", pierre plate calcaire qui constitue le sol et qui est extraite pour servir à la couverture des toits et à la construction des murs en pierres sèches.

Il y a 8 panneaux qui raconte l'histoire du site et 22 panneaux botaniques sur le sentier

20200820_095406

20200820_101353

20200820_101618

20200820_101630

20200820_101906

20200820_101923

20200820_102008

20200820_102013

20200820_102416

20200820_102419

20200820_103244

20200820_103303

 

Muret en laves délimitant les clos, càd les parcelles

20200820_103308

20200820_103501

20200820_103508

20200820_103550

20200820_103631

20200820_103639

20200820_103947

20200820_104010

Se promener sur les murger, ces chemins de pierres de mauvaises qualité qui sont entassées entre deux clos et qui permettaient aux vignerons de se déplacer en charrettes pour atteindre leurs parcelles

20200820_104019

20200820_104114

 

Admirer une caborde, ces anciennes cabanes de vigneron qui se trouve dans un clos et est liée au murger, enfin, là, surtout le toit en lave qui dépasse du mur

20200820_104126

20200820_104216

20200820_104343

20200820_104354

20200820_104612

20200820_104830

20200820_104920

20200820_104955

Une belle Ecraigne dans son clos. L'écraigne possède une lave amovible au sommet pour laisser passer la fumée, elle est plus grande que la caborde, même si elle est construite sur le même modèle, et autre particularité, elle ne s'accole pas forcément au mur

20200820_105038

20200820_105050

20200820_105123

20200820_105137

20200820_105220

20200820_105309

20200820_105319

20200820_105336

20200820_105357

20200820_105425

20200820_105606

20200820_105937

20200820_105953

 

Un écoyeu dans le mur, sorte de niche pour abriter les outils ou s'abriter de la pluie, de la taille d'un homme

 

20200820_110033

20200820_110040

 

20200820_110141

20200820_110845

20200820_111342

20200820_111650

20200820_111827

Des prunelles

 

20200820_113348

20200820_113437

20200820_113443

20200820_113626

20200820_113809

Flaner en ville, le nez au vent et s'imprégner de l'architecture particulière

20200820_113841

20200820_113853

20200820_113903

20200820_113906

20200820_113916

20200820_114012

20200820_114116

20200820_114138

20200820_114203

20200820_114427

Une essoreuse

20200820_114617

20200820_114634

20200820_113853

20200820_114640

20200820_114953

 

20200820_115104

20200820_115130

20200820_115142

20200820_115155

20200820_115204

20200820_115214

20200820_115225

20200820_115325

Dénicher une table pour deux à la Bourgade, un hôtel restaurant 

20200820_120139

20200820_124245

20200820_124251

20200820_132133

20200820_132157

20200820_132200

20200820_132211

20200820_132215

20200820_132255

Non seulement le repas était à se lécher les doigts, mais le cadre joli et le personnel aux petits oignons, le hasard fait parfois bien les choses, j'ai adoré

Profiter de l'après midi pour monter faire le sentier du Loupi, mais ça, ça sera un autre post

Bisousssss